Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 283,05
    +1 364,68 (+2,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 442,59
    -25,51 (-1,74 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Le squelette d’un Titanosaure exposé pour la première fois en Europe

EXPOSITION- Il vivait en Patagonie il y a près de 100 millions d’années et mangeait 130 kilos de végétation par jour. Un moulage d’un des plus grands dinosaures qu’ait connu la Terre est exposé à Londres à partir de ce vendredi 31 mars, une première en Europe, commme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article

Le squelette de l’animal est de 37,2 mètres - un titanosaure nommé Patagotitan mayorum, le « Titan de Patagonie »- rentre tout juste dans la salle d’exposition du musée d’histoire naturelle de Londres. Si son cou avait été levé, le dinosaure aurait fait la taille d’un immeuble de cinq étages, selon les chercheurs.

La réplique du titanosaure prend ses quartiers dans la même pièce du musée où le populaire « Dippy », célèbre moulage d’un diplodocus avait été exposé jusqu’en 2017.

Le démontage du dinosaure « Dippy », qui trônait dans le grand hall du musée depuis 1979, avait provoqué une vague de tristesse parmi les visiteurs du musée, qui avaient lancé une pétition « Sauvez Dippy ». Il avait été remplacé par le squelette d’une baleine bleue, baptisé « Hope » (« Espoir » en français).

Un des plus grands animaux

Le nouveau squelette exposé est une réplique d’un des six titanosaures, un des plus grands dinosaures ayant existé sur Terre, découverts après qu’un fermier argentin a repéré un immense os sortant du sol en 2010. Les fouilles avaient ensuite duré jusqu’en 2015.

PUBLICITÉ

« Ils ont découvert un cimetière de six animaux différents dans le sol », raconte à l’Agence France-Presse Paul Barrett, responsable scientifique de l’exposition. « Pendant environ trois ans, ils ont excavé tous ces ossements et ont pu révéler qu’ils avaient découvert un nouveau type de dinosaure gigantesque, l’un des plus grands animaux ayant jamais foulé le sol ».

Les dinosaures découverts vivaient dans les forêts de ce qui constitue l’actuelle Patagonie il y a entre 95 et 100 millions d’années, à l’époque du Crétacé supérieur.

Selon les recherches, ces gigantesques herbivores pouvaient peser quelque 57 tonnes, avec un immense cou et une longue queue. Les scientifiques estiment que les six animaux sont morts en même temps, sans savoir pourquoi.

Une mystérieuse mort

« Nous ne savons pas pourquoi ils sont morts (...) Il se peut qu’ils aient été emportés par une inondation. Ou qu’ils aient été tués par un autre problème environnemental, comme une sécheresse », avance Paul Barrett, précisant que des recherches sont en cours.

Après la découverte en Argentine, les experts ont réalisé des scans 3D de chaque dinosaure pour créer des répliques en résine de polyester et en fibre de verre qu’ils ont ensuite montées sur une structure en acier.

Il a fallu plus de six mois à une entreprise canadienne pour réaliser ce moulage géant, à partir de dizaines d’os fossiles extraits du site. Les vrais os auraient été beaucoup trop lourds pour être exposés, mais le fait qu’il s’agisse de répliques permet aux visiteurs de toucher le moulage.

La réplique est arrivée à Londres dans 32 caisses distinctes, ce qui signifie que « chaque pièce a dû être assemblée comme un puzzle géant », a raconté Sinead Marron, du musée d’histoire naturelle.

Selon elle, l’objectif de l’exposition est de « raconter l’histoire de la croissance d’un animal comme celui-ci à partir d’un oeuf minuscule, plus petit qu’un ballon de football, jusqu’à devenir ce géant étonnant de 57 tonnes ».

Des jeux et des répliques permettent de donner vie à cette histoire. Les visiteurs pourront toucher les dents d’un des prédateurs du titanosaure ou même pénétrer dans ses organes internes pour voir comment ses poumons, son coeur et son intestin fonctionnent ensemble.

À voir également sur Le HuffPost :

La mission DART de la Nasa dira rapidement si on peut éviter de finir comme les dinosaures.

Face au changement climatique, les crottes de baleine jouent un rôle