Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 340,12
    -324,90 (-0,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,0883
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    2 400,50
    -55,90 (-2,28 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 671,91
    +3 404,28 (+5,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 383,75
    +52,86 (+4,14 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,22
    -2,60 (-3,14 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 770,81
    -100,41 (-0,56 %)
     
  • S&P 500

    5 515,89
    -28,70 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2914
    -0,0033 (-0,26 %)
     

SpaceX : le déploiement de la seconde génération de satellites Starlink connaît des ratés

PIXABAY

Le 22 mars, le fondateur de SpaceX, Elon Musk, a déclaré que le déploiement de la dernière génération de satellites Starlink rencontrait "quelques problèmes". "Beaucoup de nouvelles technologies dans Starlink V2, nous rencontrons donc des problèmes, comme prévu", a-t-il écrit sur Twitter. "Certains satellites seront désorbités, d'autres seront testés de manière approfondie avant de monter en altitude au-dessus de la station spatiale."

Selon le site spécialisé Space News, à compter du 15 mars, les 21 satellites, connus sous le nom de Groupe 6-1, ont vu leur altitude orbitale fluctuer au fil des jours, descendant à environ 365 kilomètres au lieu de 380 kilomètres. Ce comportement inhabituel a suscité de nombreuses interrogations parmi les spécialistes de la conquête de l'espace. S'il a confirmé l'existence de problèmes, Elon Musk n'a pour l'instant pas fourni de précisions sur la nature exacte du problème rencontré par la seconde génération de la constellation de satellites Starlink.

La seconde génération de satellites Starlink se décline en deux versions : une première variante dite V2 standard et une autre plus compacte dénommée "V2 Mini". Malgré un gabarit plus petit, SpaceX assure que les performances du "V2 Mini" sont du même acabit que ceux de son grand frère. Mais alors, pourquoi avoir développé deux versions différentes des satellites de nouvelle génération ? Tout simplement parce que la fusée Falcon 9 n’est pas en capacité d’embarquer les satellites V2 standard trop volumineux. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Grève : la facture s'annonce salée pour les restaurants et hôtels
Le givre sur les moteurs d'avion peut être dangereux, voici comment on l'évite
L’action Porsche est très sous-évaluée selon Volkswagen : le conseil Bourse
Le bitcoin, déçu par la Fed, garde un fort potentiel : le conseil Bourse
Près de la moitié des enfants de moins de 10 ans ont un smartphone