Marchés français ouverture 5 h 1 min
  • Dow Jones

    29 969,52
    +85,73 (+0,29 %)
     
  • Nasdaq

    12 377,18
    +27,82 (+0,23 %)
     
  • Nikkei 225

    26 690,47
    -118,90 (-0,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,2149
    0,0000 (-0,0000 %)
     
  • HANG SENG

    26 669,34
    -59,16 (-0,22 %)
     
  • BTC-EUR

    15 880,85
    -134,96 (-0,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    378,62
    +4,22 (+1,13 %)
     
  • S&P 500

    3 666,72
    -2,29 (-0,06 %)
     

Voici ce que des sociétés privées imaginent pour remplacer l'ISS en fin de vie

·2 min de lecture

Le monde a célébré les 20 ans de présence humaine continue dans l'espace ce lundi. Depuis le 2 novembre 2000, des astronautes et cosmonautes vivent à bord de la Station spatiale internationale sans interruption. Au cours de ces 7 300 jours, le laboratoire orbital à 150 milliards de dollars (127,5 milliards d'euros) a accueilli 241 personnes de 19 pays et plus de 3 000 expériences scientifiques y ont été réalisées.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin. La NASA a autorisé l'ISS à voler au moins jusqu'en 2028, mais la station commence à montrer son âge. À un moment donné, dans les 10 à 15 prochaines années, il est probable que la NASA désorbite la station, la faisant s'écraser dans le sud de l'océan Pacifique. Mais d'autres stations habitables devraient prendre sa place — la plupart d'entre elles conçues et construites par des entreprises privées.

Certaines de ces entreprises, comme Axiom Space et Bigelow Aerospace, espèrent tirer parti du succès de l'ISS en ajoutant des extensions à la station, qui pourraient éventuellement être retirées pour être mises en orbite comme des stations spatiales à part entière. D'autres, comme Blue Origin, veulent construire de tout nouveaux logements spatiaux, si grands et si sophistiqués qu'ils pourraient commencer à ressembler à la vie sur Terre.

La station a déjà dépassé son espérance de vie de 15 ans. Rien que ces derniers mois, le côté russe de la station a vu ses toilettes fuir, un système d'alimentation en oxygène se rompre et une fuite d'air s'agrandir. "Tous les modules du segment russe sont épuisés", a déclaré le cosmonaute Gennady Padalka à RIA Novosti en octobre.

Ces problèmes ne suffisent pas à compromettre l'intégrité de la station pour l'instant, mais sont des signes avant-coureurs de détérioration. "Je pense que ça reste un système incroyablement fiable et robuste", affirmait Kate Rubins, une astronaute de la Nasa actuellement à bord de l'ISS, lors d'une conférence de presse le mois dernier.

Mais la perspective de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Sur cette exoplanète 'de l'enfer', il pleut de la lave au-dessus d'océans de magma
Les messages d'incitation à la violence sur Facebook auraient augmenté de 45% durant la semaine électorale aux États-Unis
Rocket Lab est sur le point de concurrencer Space X avec ses propres lanceurs réutilisables
La maison-mère de TikTok pourrait s'introduire en Bourse à Hong Kong
'Animal Crossing' pourrait devenir le jeu Nintendo le plus vendu de tous les temps