Marchés français ouverture 3 h 10 min
  • Dow Jones

    32 223,42
    +26,76 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 662,79
    -142,21 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    26 625,66
    +78,61 (+0,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,0444
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    20 413,70
    +463,49 (+2,32 %)
     
  • BTC-EUR

    29 061,58
    -130,47 (-0,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    680,86
    +438,18 (+180,56 %)
     
  • S&P 500

    4 008,01
    -15,88 (-0,39 %)
     

Société générale engrange des profits malgré son exposition à la Russie

Société Générale a annoncé jeudi 5 mai un bénéfice net de janvier à mars en légère hausse, au terme d'un trimestre chahuté par le déclenchement de la guerre en Ukraine par la Russie, où la banque officie mais dont elle va se désengager. Le résultat du groupe s'établit à 842 millions d'euros sur les trois premiers mois de l'année, soit une progression de 3,4% sur un an, pour un produit net bancaire (PNB), équivalent du chiffre d'affaires pour le secteur, de 7,28 milliards d'euros (+16,6%).

"Ce premier trimestre confirme la solidité et la résilience de notre modèle d’affaires avec une performance soutenue de l’ensemble de nos métiers dans un environnement plus incertain", salue dans un communiqué le directeur général du groupe, Frédéric Oudéa. Banque de détail en France, à l'international, services financiers aux entreprises ou encore assurances : tous les métiers affichent une croissance de leur PNB. La guerre en Ukraine, déclenchée par la Russie le 24 février, se fait cependant sentir dans les résultats de la banque française qui encore au début de l'année était la plus présente, et de loin, en Russie via sa filiale Rosbank.

Le coût du risque a par exemple doublé "en raison principalement des conséquences de la crise en Ukraine sur les expositions russes, soit 561 millions d’euros", contre 276 millions d’euros au premier trimestre 2021, précise le groupe dans son communiqué.

La banque au logo rouge et noir avait annoncé le 11 avril, à l'orée du deuxième trimestre donc, la fin de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Comment la maison d'édition Glénat profite de la folie du manga
La galère d'un couple de non-voyants pour réserver un billet Transavia
Internet par satellites : l'Europe a la technologie pour concurrencer Elon Musk
Crédit agricole voit la guerre en Ukraine peser lourdement sur ses bénéfices
Air France-KLM divise sa perte par trois et se montre optimiste pour l'été à venir

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles