Publicité
La bourse ferme dans 3 h 4 min
  • CAC 40

    7 634,73
    +100,21 (+1,33 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 899,24
    +72,00 (+1,49 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,47 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0891
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    2 395,80
    -3,30 (-0,14 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 119,78
    +613,96 (+1,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 389,42
    -15,92 (-1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,62
    -0,51 (-0,64 %)
     
  • DAX

    18 427,85
    +255,92 (+1,41 %)
     
  • FTSE 100

    8 221,30
    +65,58 (+0,80 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,26 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    39 599,00
    -464,79 (-1,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 635,88
    +218,20 (+1,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2928
    +0,0018 (+0,14 %)
     

Semaine de 4 jours : y gagnez-vous vraiment avec ce nouveau mode de travail ?

Illustration Capital/Freepik

C’est une petite musique que l’on entend de plus en plus dans le monde du travail français. Et si l’on passait à la semaine de travail de 4 jours ? Dès les années 1990, l’idée émerge en France, notamment grâce à Pierre Larrouturou, ancien député européen et aujourd’hui candidat aux élections législatives dans la 5ème circonscription de l’Essonne pour le Nouveau Front populaire. Depuis quelques années maintenant, et notamment la crise du Covid, la semaine de 4 jours fait de plus en plus parler d’elle, avec des expérimentations lancées au sein de certaines municipalités et entreprises.

Même les ministères s’y sont mis, avec un test de cette formule généralisé à l’ensemble de la fonction publique en ce début d’année, à la demande de Gabriel Attal. Le Premier ministre a d’ailleurs rappelé son souhait d’intensifier le recours à la semaine de 4 jours lors de la présentation, ce jeudi 20 juin, du programme de Renaissance, le parti présidentiel, pour les élections législatives. Et ce, «pour faire en sorte que l’on travaille mieux», a-t-il déclaré, en visant notamment les parents divorcés qui pourraient, en cas de garde alternée, travailler 4 jours les semaines où ils s’occupent de leurs enfants.

Mais déjà aujourd’hui, même si aucune loi n’a été adoptée pour cadrer la question, «rien n’empêche juridiquement la mise en place de la semaine de 4 jours», a relevé Lionel Vuidard, avocat associé en droit social au cabinet Linklaters, lors d’une table ronde organisée par l’Association des journalistes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Salaire : ce que promettent les candidats aux législatives pour augmenter votre rémunération
Indemnité de résidence : principe, montant et versement
CPF : comment échapper au paiement de 100 euros imposé à chaque achat de formation
Semaine de 4 jours : mon employeur peut-il me l’imposer ?
Pourquoi vous ne devriez plus culpabiliser de prendre des vacances !