La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 863,11
    +604,79 (+1,77 %)
     
  • Nasdaq

    15 080,15
    +183,30 (+1,23 %)
     
  • Nikkei 225

    29 639,40
    -200,31 (-0,67 %)
     
  • EUR/USD

    1,1751
    +0,0055 (+0,47 %)
     
  • HANG SENG

    24 510,98
    +289,44 (+1,19 %)
     
  • BTC-EUR

    38 095,35
    +979,36 (+2,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 122,99
    +14,06 (+1,27 %)
     
  • S&P 500

    4 463,69
    +68,05 (+1,55 %)
     

Les secrets des tubes: "Laissons entrer le soleil" de Julien Clerc

·2 min de lecture
Julien Clerc au Monte-Carlo Summer Festival en 2015 - Valery Hache - AFP
Julien Clerc au Monte-Carlo Summer Festival en 2015 - Valery Hache - AFP

1969. Julien Clerc est la tête d’affiche de la comédie musicale Hair, au Théâtre de la Porte-Saint-Martin à Paris. Le spectacle est un succès, mais l'idée d'évoluer au sein d’une troupe ne séduit guère le jeune chanteur. D’ailleurs, au départ, il avait refusé ce rôle qui va marquer le début de sa carrière.

"Une troupe de trente chevelus, habillés avec des chemises indiennes, des pagnes, etc... Je ne voulais pas, car je voyais la presse. Je voyais qu’ils préparaient bien leur coup à l’avance. Il y avait des articles qui sortaient. Tout était axé sur la nudité, donc je ne me voyais pas là dedans..."

De passage à Londres, Julien Clerc assiste à une représentation de la version originale. Séduit, il change d’avis. Bien sûr, jouer la comédie, ce n’est pas son rayon. Mais la musique, si: "Même à 21 ans, j’étais déjà un homme de chansons, donc j’ai entendu tout de suite. J’ai rarement vu un spectacle dans lequel il y avait autant de tubes. Rarement. Chez nous peut être Starmania..."

https://www.youtube.com/embed/hHuNZdsoDvA?rel=0

"Je me revois la chanter dans la pièce"

Dans cette comédie musicale, une chanson retient notamment l’attention de Julien Clerc: Let the Sunshine in, qui deviendra en français Laissons entrer le soleil. Un titre qui porte les valeurs de son époque.

"Il était question dans Hair de la guerre du Vietnam. C’était une époque où le monde changeait beaucoup, où les jeunes un peu prenaient le pouvoir, on va dire. Et donc je pense que Hair a été le cataliseur de tout ca."

Aujourd’hui, quand il l’interprète sur scène, Julien Clerc a souvent une pensée pour le jeune chanteur qu’il était à l’époque:

"Je me revois la chanter dans la pièce. Je la chantais d’ailleurs pas en entier malheureusement. Puisque je ne chantais que le début, 'On se guette, etc.' Et après, au moment des 'Let The Sunshine' les bras ouverts vers le public, j’étais mort en fait... Mon personnage était mort!"

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles