Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 441,54
    -411,32 (-1,06 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,58
    -99,30 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    38 556,87
    -298,50 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0806
    -0,0054 (-0,4971 %)
     
  • HANG SENG

    18 477,01
    -344,15 (-1,83 %)
     
  • BTC-EUR

    62 387,98
    -863,35 (-1,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 448,88
    -35,81 (-2,41 %)
     
  • S&P 500

    5 266,95
    -39,09 (-0,74 %)
     

Samsung : comment expliquer la crise que traverse le géant sud-coréen ?

Pire trimestre depuis 14 ans, inflation… Mais qu’arrive-t-il à Samsung ? (Crédit : Getty Images) (Getty Images)

Fin avril, Samsung a annoncé son pire résultat trimestriel au niveau des bénéfices depuis 2009. Plombé par la crise des semi-conducteurs et l’inflation, le géant sud-coréen attend des jours meilleurs.

Samsung connaît un début d’année catastrophique sur le plan financier. Dans la lignée de son mauvais dernier trimestre 2022, le groupe sud-coréen a annoncé le 28 avril dernier une chute de 95% de ses profits sur les trois premiers mois de l’année. Du jamais-vu depuis 2009 pour la multinationale qui pèse à elle seule un cinquième du PIB de la Corée du Sud, dixième puissance économique mondiale. Son bénéfice d’exploitation s’établit à 640 milliards de wons (432 millions d’euros) de janvier à mars 2023 contre 14120 milliard sur la même période en 2022, relate CNN.

Les puces, le principal motif de ces mauvais résultats

Comment expliquer ces pertes spectaculaires ? Ces résultats historiquement bas s’expliquent en grande partie par la baisse de la demande en puces, les cerveaux de nos machines électroniques, dans un contexte de ralentissement économique mondial. Si, pour le grand public, le géant asiatique est surtout connu pour ses smartphones et ses télévisions, l’entreprise est aussi le premier fabricant mondial de puces mémoire de la planète. Habituelle vache à lait de Samsung, la division des puces de Samsung a enregistré une perte de 4,6 billions de wons (3,1 milliards d’euros) contre un bénéfice de 8,45 billions de wons un an plus tôt.

PUBLICITÉ

Conséquence de l’inflation, les consommateurs ont davantage priorisé leurs achats et repoussé l’achat de produits électroniques. "En conséquence, les sociétés de smartphones, d'ordinateurs personnels et de serveurs ont épuisé leurs stocks, entraînant une chute des prix des puces d'environ 70% au cours des neuf derniers mois", note CNN. Les ventes mondiales d'ordinateurs aux particuliers ont ainsi plongé de 29% dans le monde sur les trois premiers mois de l’année. Le marché du smartphone, lui, a connu en 2022 sa pire baisse depuis dix ans même si dans ce domaine Samsung résiste plutôt très bien grâce à ses téléphones hauts de gamme.

En attendant, Samsung investit

Lucide, la direction du géant de l’électronique ne s’attend pas à un miracle pour le trimestre en cours. Elle table plutôt sur un début de retour à la normal à partir de cet été et espère que ses "clients auront épuisé leurs stocks" et qu’ils recommenceront "progressivement à acheter des puces", a indiqué Samsung. En dépit de ces mauvais résultats, conséquence de la conjoncture actuelle, l’entreprise quasi-centenaire continue d’investir en attendant des jours meilleurs.

Le constructeur asiatique va poser sur la table près de 230 milliards de dollars au cours des vingt prochaines années pour développer son activité de fabrication de semi-conducteurs mais aussi bâtir la plus grande usine de puces au monde près de Séoul, en Corée du Sud. Déjà numéro un du marché de la puce mémoire, "Samsung tente d'étendre sa présence dans les puces avancées, anticipant que la demande montera en flèche dans les années à venir avec l'adoption de nouvelles technologies telles que les réseaux sans fil 5G, l'intelligence artificielle et les voitures autonomes", précise Associated Press. Pour l’Europe, s’extirper de la dépendance asiatique sur les marché des puces électroniques risque d’être encore plus compliqué que prévu.

VIDÉO - 5 choses à savoir sur Samsung