Marchés français ouverture 32 min
  • Dow Jones

    27 685,38
    -650,19 (-2,29 %)
     
  • Nasdaq

    11 358,94
    -189,34 (-1,64 %)
     
  • Nikkei 225

    23 485,80
    -8,54 (-0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,1823
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    24 777,51
    -141,27 (-0,57 %)
     
  • BTC-EUR

    11 107,61
    +12,53 (+0,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    261,65
    -1,76 (-0,67 %)
     
  • S&P 500

    3 400,97
    -64,42 (-1,86 %)
     

Ryanair élague ses capacités de vols pour passer l'hiver

Source AFP
·1 min de lecture
Un Boeing 737 de Ryanair, photographié au Royaume-Uni, en juillet 2020.
Un Boeing 737 de Ryanair, photographié au Royaume-Uni, en juillet 2020.

Des bases fermées, des capacités de vols réduites : c'est le cocktail annoncé par le transport aérien Ryanair jeudi 15 octobre pour cet hiver. En raison de la crise liée à la pandémie de Covid-19, et la chute du trafic induite, les capacités de vols passent à 40 % pour la saison hivernale 2020-2021, contre 60 % l'an dernier. Les bases de Cork et Shannon, en Irlande, et de Toulouse, en France, vont fermer temporairement, de novembre à mars. Enfin, le nombre d'appareils dans les bases Ryanair de Belgique, d'Allemagne, d'Espagne, du Portugal et de Vienne sera considérablement réduit.

Ryanair avait toutefois dit fin septembre prévoir l'ouverture d'une nouvelle base française à Beauvais, dans l'Oise, à partir de décembre, malgré la chute du trafic. Le transporteur veut maintenir 65 % de son réseau, mais avec une fréquence réduite. Avec ces mesures, Ryanair table maintenant sur 38 millions de passagers pour son exercice 2021. Ryanair avait dit mi-septembre vouloir réduire de 20 % ses vols pour octobre en raison de l'impact sur la demande des restrictions de déplacements décidées par les gouvernements pour enrayer la propagation du virus.

« Minimiser les pertes d'emplois »

Le directeur général Michael O'Leary met en cause la « mauvaise gestion des vols aériens de l'Union européenne » pour justifier cette réduction de ses plans de vols. Affirmant vouloir « minimiser les pertes d'emplois », il ajoute cependant qu'il faudra « inévitablement mettre en place plus de cong [...] Lire la suite