La bourse ferme dans 1 h 25 min
  • CAC 40

    5 800,60
    +17,19 (+0,30 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 363,57
    +14,97 (+0,45 %)
     
  • Dow Jones

    29 507,98
    -82,43 (-0,28 %)
     
  • EUR/USD

    0,9666
    -0,0022 (-0,23 %)
     
  • Gold future

    1 652,80
    -2,80 (-0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    19 852,98
    +119,83 (+0,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    440,16
    +7,06 (+1,63 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,52
    +0,78 (+0,99 %)
     
  • DAX

    12 334,64
    +50,45 (+0,41 %)
     
  • FTSE 100

    7 001,89
    -16,71 (-0,24 %)
     
  • Nasdaq

    10 974,20
    +106,27 (+0,98 %)
     
  • S&P 500

    3 698,32
    +5,09 (+0,14 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • GBP/USD

    1,0839
    -0,0018 (-0,16 %)
     

Royaume-Uni : le chômage décline à 3,6 %

Pixabay

Le chômage est reparti à la baisse au Royaume-Uni à fin juillet, mais les salaires continuent d'être rongés par l'inflation et les pénuries de personnel pèsent sur les entreprises, selon les données publiées mardi 13 septembre par l'Office national des statistiques (ONS). Le taux de chômage est descendu à 3,6% pour les trois mois achevés fin juillet, après avoir stagné trois mois de suite à 3,8%, et reste à son plus bas niveau en près de 50 ans. Mais face à l'inflation à plus de 10%, les salaires réels, c'est-à-dire ajustés après les hausses de prix, ont reculé de 2,8%, hors bonus, sur la période - une baisse à toutefois moins rapide qu'en juin, où les payes avaient dévissé de 3%.

Le nombre d'emplois non pourvus, qui est depuis des mois à des niveaux records dans le pays, traduisant les grosses difficultés de recrutement des entreprises, a légèrement baissé, à 1,3 million. Mais si ce chiffre baisse pour le deuxième mois consécutif, le nombre de chômeurs rapporté au nombre d'emplois disponibles reste historiquement bas, selon l'ONS.

"Alors que les entreprises font de leur mieux pour se maintenir à flot avec des coûts qui flambent, elles sont aussi confrontées à un marché du travail extrêmement tendu, ce qui a un impact supplémentaire sur leur capacité à investir et se développer", alerte Jane Gratton, des Chambres de commerce britanniques. "Les pénuries de main-d'œuvre ont atteint des niveaux critiques pour les entreprises de nombreux secteurs et régions", selon la responsable. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Schneider serait sur le point de prendre le contrôle total d'Aveva
Scandale à la FFF : Noël Le Graët invité "à un moment d'échange" avec la ministre des Sports
Que sont devenus les ex-ministres de Macron ? Le top 10 des formations financées grâce au CPF… Le flash éco du jour
Apeuré par l'avion, le passager ivre attaque l'équipage
La France est le 3e exportateur d'armements grâce aux Rafale