La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 160,32
    -33,90 (-0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Retraites : des parlementaires accusent l'Etat de vouloir "se servir dans les caisses" de l'Agirc-Arrco

Olivier Le Moal/Adobe Stock

"Persister sur ce projet qui ne présente aucune utilité réelle pour nos concitoyens serait une faute politique majeure", affirment quatorze députés et sénateurs dans une tribune publiée samedi sur le site du JDD. Les contestataires incluent les LR Bruno Retailleau et Philippe Juvin, la centriste Valérie Létard, le socialiste Jérôme Guedj, mais aussi une élue du parti présidentiel Renaissance, Nicole Dubré-Chirat.

Tous dénoncent le transfert programmé du recouvrement des cotisations de l'Agirc-Arrco (plus de 87 milliards d'euros cette année, prélevés à 25 millions de salariés du privé et reversés à 13 millions de retraités) à l'Urssaf, qui assure la trésorerie de la Sécurité sociale. La réforme, votée fin 2019, devait entrer en vigueur début 2023, malgré l'opposition unanime des partenaires sociaux, de la CGT au Medef.

Le gouvernement vient de repousser cette échéance d'un an, par un amendement au budget de la Sécu adopté à la faveur d'un premier 49.3 sur la partie "recettes" du texte, s'évitant ainsi un débat houleux avec des députés qui avaient voté une abrogation pure et simple en commission. Une esquive qui lui sera impossible au Sénat, où le projet de loi sera examiné à partir de la semaine prochaine. Avec les mêmes arguments : "source de complexité et d'augmentation des coûts", ce chantier crée "le risque d'erreurs irréversibles dans le calcul des droits à retraite de chacun de nos concitoyens", selon les signataires de la tribune.

Par ce "nouveau pas vers l'étatisation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'US Army veut utiliser des lasers pour alimenter ses bases en énergie
Le leasing débarque dans l’immobilier, un projet de zones à faibles émissions mal ficelé... Le flash éco du jour
Faute de successeurs, ces médecins repoussent leur départ à la retraite
Vendée : une ville installe des habitats préfabriqués pour loger les travailleurs locaux
Dans ce restaurant rennais, un robot à tête de chat fait le service