Sa retraite de 5000 euros est "complètement absorbée", la confession de Phillippe Bilger

Kinga Krzeminska

Ancien magistrat et désormais chroniqueur régulier de l’émission de Pascal Praud, L’Heure des pros, sur CNews, Philippe Bilger a fait le point sur ses revenus de retraité. Dans l’émission de Jordan de Luxe, diffusée sur C8 ce jeudi 27 avril, il a avoué ne pas jouir totalement des "4.500, 5.000 euros par mois" qui lui sont versés. "Elle est, puisque vous me posez une question personnelle, complètement absorbée par mon loyer et ma pension alimentaire", a révélé Philippe Bilger, celui qui avait requis des peines contre Youssouf Fofana, Alois Brunner ou Émile Louis.

L’ancien avocat à la cour d’assise de la cour d’appel de Paris, qui a pris sa retraite en 2011, est divorcé et père de six enfants : Laurent, Delphine, Sébastien, Charlotte, Élodie et Jean-Baptiste. Désormais, cette séparation pèse lourd sur le budget du fidèle chroniqueur de Pascal Praud. "Comme les gens qui sont théoriquement doués pour les choses judiciaires, j’ai été le coupable d’un divorce calamiteux qui m’a coûté une fortune", a-t-il fait valoir dans l’émission.

Avec une retraite amoindrie, Philippe Bilger continue de travailler pour subvenir à ses besoins. Il a indiqué ne pas avoir le choix. "J’ai le bonheur de travailler, mais je n’aurais pas eu le choix. Et, de toute façon, je veux travailler, penser, écrire, parler jusqu’au moment où l'on me dira : ‘Vous êtes complètement gâteux, il faut arrêter’", a-t-il prévenu. Philippe Bilger a toujours été l'un des rares magistrats à oser s’exprimer, malgré un droit de réserve. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Manifestations contre la réforme des retraites : la Mairie de Paris réclame 1,6 million d’euros de dédommagement à l’Etat
Des pédiatres européens alertent sur la pénurie de médicaments pour enfants
Voici comment on reconnaît un avion de chasse
Crédit d'impôt recherche : face aux abus des cabinets de conseil, le gouvernement reprend la main
Grippe aviaire : le gouvernement abaisse le niveau de risque d'"élevé" à "modéré"