La bourse ferme dans 1 h 24 min
  • CAC 40

    4 531,77
    -198,89 (-4,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    2 941,45
    -129,15 (-4,21 %)
     
  • Dow Jones

    26 660,43
    -802,76 (-2,92 %)
     
  • EUR/USD

    1,1745
    -0,0044 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 871,30
    -40,60 (-2,12 %)
     
  • BTC-EUR

    11 127,94
    -508,54 (-4,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    258,90
    -13,79 (-5,06 %)
     
  • Pétrole WTI

    37,34
    -2,23 (-5,64 %)
     
  • DAX

    11 519,76
    -543,81 (-4,51 %)
     
  • FTSE 100

    5 536,57
    -192,42 (-3,36 %)
     
  • Nasdaq

    11 090,50
    -340,85 (-2,98 %)
     
  • S&P 500

    3 291,80
    -98,88 (-2,92 %)
     
  • Nikkei 225

    23 418,51
    -67,29 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    24 708,80
    -78,39 (-0,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2996
    -0,0045 (-0,35 %)
     

Le retour à la normale de l'activité entravé par la résurgence de l'épidémie

Par Marc Vignaud
·1 min de lecture
L’Insee prévoit une chute d'environ 9 % du PIB cette année.  
L’Insee prévoit une chute d'environ 9 % du PIB cette année.

La situation économique est plus que jamais incertaine. La résurgence de l'épidémie de Covid-19 devrait entraver le fort rebond économique qui avait été observé durant l'été, après le confinement. Alors que l'économie française avait retrouvé un niveau d'activité inférieur de 5 % à celui atteint fin 2019, ce niveau pourrait ne plus progresser, à cause des nouvelles restrictions sanitaires annoncées ces dernières semaines.

« Dans un scénario où, au quatrième trimestre, les services les plus affectés (hôtellerie-restauration, services de transport, activités récréatives et de loisirs) reviendraient, après une embellie durant l'été, à leur niveau d'activité de juin dernier et où l'investissement resterait, par attentisme, à un niveau proche de celui du troisième trimestre, la croissance serait nulle en fin d'année. Dans ce cas de figure, le PIB français resterait, en fin d'année, 5 % en deçà de son niveau d'avant-crise, comme en moyenne pendant l'été », prévoit l'Insee dans sa dernière note de conjoncture publiée mardi 6 octobre.

Ce niveau permettrait de dépasser la dernière prévision de croissance pour 2020 du gouvernement qui lui sert à fonder son budget. En tablant sur une chute du PIB de - 10 %, celui-ci avait fait montre d'une grande prudence. L'Insee prévoit que cette chute devrait plutôt plafonner aux alentours de - 9 % dans le scénario décrit.

Lire aussi Olivier Blanchard : « Il faut être prêt à en faire plus si nécessaire »

Vers la destruction de 840 000 [...] Lire la suite