Marchés français ouverture 7 h 38 min
  • Dow Jones

    34 589,77
    +737,24 (+2,18 %)
     
  • Nasdaq

    11 468,00
    +484,22 (+4,41 %)
     
  • Nikkei 225

    28 263,22
    +294,23 (+1,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,0434
    +0,0026 (+0,25 %)
     
  • HANG SENG

    18 597,23
    +392,55 (+2,16 %)
     
  • BTC-EUR

    16 475,32
    +589,66 (+3,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    406,06
    +5,37 (+1,34 %)
     
  • S&P 500

    4 080,11
    +122,48 (+3,09 %)
     

Renault propose des primes de plus de 1 000 euros à une majorité d’employés

An employee works on electric car equipments, at a Renault factory, in Cleon, northwestern France, on July 5, 2022. (Photo by Lou BENOIST / AFP)
LOU BENOIST / AFP An employee works on electric car equipments, at a Renault factory, in Cleon, northwestern France, on July 5, 2022. (Photo by Lou BENOIST / AFP)

LOU BENOIST / AFP

Un employé travaillant sur des équipements de voitures électriques, dans une usine Renault à Cléon (Seine-Maritime), le 5 juillet 2022.

RENAULT - Le groupe automobile Renault a proposé à ses employés français des primes totalisant plus de 1 000 euros pour une majorité d’entre eux, afin de répondre à l’augmentation du coût de la vie, a-t-on appris ce jeudi 22 septembre de sources concordantes.

Au terme de négociations menées depuis plusieurs semaines entre syndicats et direction, celle-ci a offert 500 euros de prime de « soutien au pouvoir d’achat » à tous les salariés, y compris les intérimaires.

S’y ajoutent la possibilité de monétiser jusqu’à trois jours de RTT avec une majoration de 25%, une prime transport de 100 euros et la gratuité de la mutuelle santé pendant trois mois.

Selon les catégories et les situations familiales des salariés, cela représentera des primes de 600 euros minimum, et un montant total de pouvoir d’achat supplémentaire potentiel de plus de 1.000 euros pour une majorité d’employés, selon des éléments de la direction.

Le calcul de l’aide permet de favoriser les rémunérations les plus faibles, en pourcentage du salaire.

Après Air France

Ces offres, qui doivent encore être entérinées par les organisations représentatives, sont indépendantes des négociations annuelles obligatoires pour 2023 qui prendront en considération le taux d’inflation pendant l’année 2022, précise-t-on de même source.

La déléguée syndicale FO Mariette Rih a salué une démarche de la direction qui « pour nous cochait toutes les cases ».

Après des négociations qui ont « commencé timidement », le résultat « répond à une nécessité et un problème pour tous les salariés », soit une « inflation galopante », a-t-elle déclaré à l’AFP, citant la prime de 500 euros mais aussi « différents points » comme le transport et la santé.

Plusieurs entreprises françaises ont pris des mesures pour soutenir le pouvoir d’achat de leurs salariés. Air France, la semaine dernière, avait accordé une hausse de salaires de 5% à tous ses employés, assortie d’une prime de 1.000 euros.

À voir également sur Le HuffPost :

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi