La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 905,30
    -194,05 (-1,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

RATP : une cinquantaine de salariés ne travaillent plus, en grève depuis plusieurs années

SofieLayla Tha/Pixabay

Alors que la RATP connaît ce jeudi une journée noire à la suite d’un mouvement social qui paralyse les transports franciliens, plusieurs dizaines de salariés de la régie francilienne n'auront pas besoin de rejoindre le mouvement, étant déjà en grève depuis... plusieurs années. Selon une information révélée par Le Figaro le 10 novembre, une cinquantaine d'employés de la régie sont en grève depuis... cinq ou six ans, s'abritant derrière un préavis de grève illimité déposé par certains syndicats.

S'ils ne touchent pas de salaire, ils bénéficient en revanche de la mutuelle et des œuvres sociales de l'entreprise. "Et s'ils se lancent dans une autre activité qui ne marche pas, ils peuvent toujours revenir à la RATP", explique une source proche du dossier, interrogée par Le Figaro. Si elle est moralement douteuse, la pratique n'a rien d'illégal sur le plan juridique. "Si le salarié a prévenu son employeur qu'il serait en grève et que ce mouvement est considéré comme légal car il vise à faire aboutir des revendications professionnelles, l'entreprise ne peut rien faire", indique Aymeric Hamon, directeur du département droit social de Fidal.

Certains syndicats interrogés par Le Figaro tiennent à prendre la défense des salariés concernés. C'est notamment le cas de l'Unsa-RATP. "Il y a eu effectivement un préavis illimité déposé à la RATP, il y a à peu près cinq ans par toutes les organisations syndicales", reconnaît Arole Lamasse, secrétaire général. Et de vouloir relativiser : "Si 50 personnes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Luxe : Richemont affiche une perte nette de 766 millions d'euros au 1er semestre
Twitter sous Elon Musk : rare avertissement de l'agence américaine de concurrence
Pourquoi ces supermarchés sans caissier ne pourront plus ouvrir le dimanche
Un groupe de hackers revendique une cyberattaque contre Conforama
Au Cannet, les mariés devront passer à la caisse avant de passer devant le maire