Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 154,98
    -224,49 (-0,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 327,28
    -33,05 (-2,43 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,59
    -0,70 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2645
    -0,0015 (-0,12 %)
     

Dette : « Nous sommes toxicomanes »

Philippe Juvin lors d'une séance de questions au gouvernement au Palais Bourbon, siège de l'Assemblée nationale à Paris, France, le 14 novembre 2023.   - Credit:Blondet Eliot / Blondet Eliot/ABACA
Philippe Juvin lors d'une séance de questions au gouvernement au Palais Bourbon, siège de l'Assemblée nationale à Paris, France, le 14 novembre 2023. - Credit:Blondet Eliot / Blondet Eliot/ABACA

Alerte rouge ! Mercredi 22 mai, à quelques jours de la mise à jour de la note de la France par l’agence de notation S&P, la commission d'enquête parlementaire sur la très forte croissance de la dette française depuis 2017 débutera ses auditions, avec celle de Jean-Louis Rey, président du conseil d'administration de la Cades (Caisse d'amortissement de la dette sociale). Philippe Juvin, président de cette commission, répond aux questions du Point. Selon le député LR, les Français doivent prendre conscience de la gravité du dérapage de nos finances publiques.

Le Point : Pourquoi cette commission a-t-elle été lancée ?

Philippe Juvin : Aujourd'hui, la dette est devenue une donnée centrale de la vie politique. Elle a des implications sur notre souveraineté, sur le pouvoir d'achat, mais aussi sur notre capacité à faire des choix politiques. À chaque fois que je prends la parole dans l'hémicycle, sur des sujets liés à la santé, à la justice ou à l'éducation, je souligne toujours que tous les projets sont intéressants mais que tant que nous n'aurons pas le début du commencement d'un kopeck pour les payer, alors le débat sera inutile.

Nous n'avons aujourd'hui plus de marges de manœuvre et nous sommes à la croisée des chemins. Même des pays comme le Portugal ou la Grèce, qui étaient considérés comme les hommes malades et incurables de l'Europe, ont réussi à assainir leurs finances publiques. Et nous, nous continuons à augmenter notre dette. Nous dépensons trop et mal. T [...] Lire la suite