La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 086,04
    +368,95 (+1,09 %)
     
  • Nasdaq

    11 584,55
    +190,74 (+1,67 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • BTC-EUR

    21 263,93
    +196,26 (+0,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    524,75
    +5,96 (+1,15 %)
     
  • S&P 500

    4 076,60
    +58,83 (+1,46 %)
     

Racheter des trimestres d’études à la retraite : comment ça marche ?

Il est possible de racheter jusqu’à 12 trimestres d’études supérieures pour partir à la retraite à taux plein (crédit : getty impages).
Il est possible de racheter jusqu’à 12 trimestres d’études supérieures pour partir à la retraite à taux plein (crédit : getty impages).

Pour partir à la retraite tout en bénéficiant d’un taux plein, une loi permet de racheter des trimestres. Voici ce qu’il faut savoir sur son fonctionnement.

Etudes longues, carrière professionnelle interrompue… l’âge légal de départ à la retraite peut être atteint, sans pour autant avoir cotisé les trimestres nécessaires pour partir avec un taux plein. Il est alors possible de travailler plus longtemps, d’accepter de toucher moins ou… de racheter des trimestres. Cette troisième voie, moins connue, peut être rentable dans certains cas. On vous explique.

Combien de trimestres doit-on cotiser ?

Le nombre de trimestres validés influe sur le montant de la retraite. Pour profiter d’une retraite à taux plein, la loi Touraine de 2014 prévoyait qu’il fallait cotiser 172 trimestres, soit 43 annuités, dès 2035. Si la réforme des retraites est adoptée, il faudra les avoir cotisés dès 2027. Un trimestre est validé lorsqu’on a perçu un salaire équivalent à 150 heures payées au SMIC. Avec un bon salaire, un trimestre peut être validé en quelques jours. En revanche, il n’est pas possible de cotiser plus de quatre trimestres par an.

En cas d’études longues notamment, l’Etat a mis en place un système qui permet de racheter jusqu’à 12 trimestres d’études supérieures ou correspondant à des années de carrière incomplètes, c’est-à-dire qu’il y a eu un travail mais que les 4 trimestres n’ont pas été validés.

Quel est le prix de rachat des trimestres ?

Le coût du rachat de trimestres dépend de l’âge et du revenu de celui qui souhaite en bénéficier. Le gouvernement a mis en place un simulateur pour un calcul au cas par cas. Capital donne l’exemple d’une personne de 61 ans, dans le régime des salariés. Elle doit "débourser entre 3 329 € (pour un salaire annuel inférieur à 75 % du plafond de la Sécu, soit 30 852 €) et 4 439 € (pour un salaire annuel supérieur au plafond, soit 41 136 €) par trimestre". Le paiement peut toutefois être étalé quand on en achète plus d’un, mais dans tous les cas la totalité de la somme devra être réglée avant le départ à la retraite.

Est-ce intéressant de racheter des trimestres ?

Le prix du trimestre étant élevé, il faut bien faire ses calculs pour savoir si l’opération est intéressante. Le système est plus attrayant si la complémentaire constitue une part élevée de la pension (salariés cadres, commerçants, avocats...), estime Capital. Malgré la réforme, "les générations nées en 1961 ont toujours intérêt à lancer la procédure, quitte à se raviser en cours de route", conseille Estelle Perrier, responsable des opérations chez Neovia dans les colonnes d’Alternatives économiques.

VIDÉO - Retraites : plus d'un million de manifestants, nouvelle mobilisation le 31 janvier