La bourse est fermée

Réforme de l'épargne retraite : les détenteurs de contrats Madelin seront-ils perdants ?

Benoît LETY
1 / 1

Réforme de l'épargne retraite : les détenteurs de contrats Madelin seront-ils perdants ?

Le « big bang » de l’épargne retraite souhaité par le gouvernement, c’est à partir du 1er octobre prochain, coup d’envoi officiel de la commercialisation du Plan d’épargne retraite. Une réforme qui vise, pour simplifier, à harmoniser les produits et ainsi les rendre plus attractifs. Sauf que certains épargnants pourraient se retrouver lésés comme le souligne le délégué général de la CLCV, François Carlier, dans Le Parisien : « Les travailleurs non salariés comme les professions libérales, les petits chefs d’entreprise ou les agriculteurs risquent d’y perdre. »

François Carlier rappelle l’existence de taux minimum garantis élevés sur certains vieux « contrats Madelin », ces plans dédiés aux travailleurs non salariés et destinés à être remplacés par les PER. Les contrats Madelin des années 1990 affichaient des taux garantis « de 2,5 à 3,5% par an » sur leur fonds en euros, à capital garanti. Or, ces taux garantis ont disparu dans les nouveaux contrats, et les distributeurs de PER n’intégreront évidemment pas de rémunérations garanties, défavorables aux assureurs.

Lire la suite sur cBanque

Voir également
- Transport : ces petites lignes qui vous coûtent moins cher que le TGV
- Voyage en avion : 24,8 millions de bagages mal acheminés
- LCL : l'offre à 2 euros par mois a séduit 8 000 clients pour son lancement