La bourse ferme dans 51 min
  • CAC 40

    6 657,45
    +10,14 (+0,15 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 930,71
    +9,44 (+0,24 %)
     
  • Dow Jones

    33 747,86
    -33,62 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0542
    -0,0018 (-0,17 %)
     
  • Gold future

    1 803,40
    +1,90 (+0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    16 304,23
    +123,42 (+0,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,72
    -1,52 (-0,37 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,34
    +0,88 (+1,23 %)
     
  • DAX

    14 329,66
    +65,10 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 475,10
    +2,93 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    11 095,84
    +13,84 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    3 964,97
    +1,46 (+0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 901,01
    +326,58 (+1,18 %)
     
  • HANG SENG

    19 900,87
    +450,64 (+2,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2288
    +0,0050 (+0,41 %)
     

Il réalise 30.000 euros d'économie d'énergie grâce à son four solaire "visionnaire"

Pixabay

Cette PME d'Allemans-du-Dropt, dans le Lot-et-Garonne, est l'une des rares entreprises de l'Hexagone à ne pas être trop impactée par la hausse des tarifs d'énergie. Le secret de cette entreprise spécialisée dans la transformation de fruits : un four à énergie solaire thermique, acquis en 2018, qui lui permettrait de réduire sa note de gaz annuelle de près de 20%, rapporte Le Midi libre, dimanche 13 novembre. Au cours actuel du gaz, cela représenterait une économie de 30.000 euros. Emeric Cadalen, PDG de Fruit Gourmet, interrogé par nos confrères, n'a pas d'informations en termes de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre. Mais il précise qu'"à l'époque, je me disais: 'Soit je suis un visionnaire, soit je suis idiot', à l'heure qu'il est, je penche pour le côté visionnaire".

Il y a près de quatre ans, soit bien avant la guerre en Ukraine et la décision de Vladimir Poutine de couper le robinet du gaz en représailles aux sanctions économiques, le PDG avait fait installer deux cents mètres carrés de miroirs solaires, disposés en longues lamelles d'un mètre de large, sur un parking, rapporte le quotidien. Les rayons du soleil se réfléchissent sur un conduit qui va alimenter deux fours pouvant monter jusqu'à 250 degrés.

Dans ces derniers, la quarantaine de salariés sèche ou pasteurise des fruits comme des pommes, des pruneaux, des fraises, des figues, et même des bananes. Un système permet aussi de stocker jusqu'à quatre jours la chaleur récupérée grâce à des graviers de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'Iran menace Israël avec son nouveau missile hypersonique
En quelques minutes, on lui dérobe 1.500 euros à son domicile
Enseignement : Les mathématiques à nouveau obligatoires au lycée dès septembre 2023
Il invente une application pour être informé des chasses en temps réel
Face à la flambée des prix de l’énergie, les entreprises réclament plus de soutien du Gouvernement