Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 966,68
    +55,08 (+0,70 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 872,57
    +17,21 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 131,53
    +62,42 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0823
    -0,0005 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    2 045,80
    +15,10 (+0,74 %)
     
  • Bitcoin EUR

    47 654,39
    +516,69 (+1,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,57
    -2,04 (-2,60 %)
     
  • DAX

    17 419,33
    +48,88 (+0,28 %)
     
  • FTSE 100

    7 706,28
    +21,79 (+0,28 %)
     
  • Nasdaq

    15 996,82
    -44,80 (-0,28 %)
     
  • S&P 500

    5 088,80
    +1,77 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    39 098,68
    +836,48 (+2,19 %)
     
  • HANG SENG

    16 725,86
    -17,09 (-0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,2673
    +0,0015 (+0,12 %)
     

Qui sont les patrons les mieux payés de France ?

Le PDG de Stellantis en octobre 2022 (Crédits : Eric PIERMONT / AFP via Getty Images). (Eric PIERMONT / AFP via Getty Images)

Le salaire des PDG les mieux payés en France a augmenté en 2022, comme en 2021.

Avec une rémunération multipliée par cinq, Ben Smith ne risque pas de souffrir de l’inflation. Le patron d’Air France-KLM devrait voir sa paie fortement augmenter, à plus de 6 millions d’euros au total, en salaire, primes, actions et avantages. Le sujet du salaire de Ben Smith a déjà fait grincer les dents des actionnaires de la compagnie aérienne, dont l’État néerlandais.

Si sa paie suscite des polémiques, le Canadien est loin d’être sur le podium des PDG les mieux payés en France. Et il n’est pas le seul à avoir été augmenté : la partie fixe de la rémunération des dirigeants d’entreprises cotées au CAC 40 a augmenté de 7% en 2022, selon des chiffres de Scalens, et de 20% en 2021.

1. Carlos Tavares, 66,7 millions d’euros

Carlos Tavares au Salon de l'automobile en 2022 (Crédits : Mustafa Yalcin/Anadolu Agency via Getty Images).
Carlos Tavares au Salon de l'automobile en 2022 (Crédits : Mustafa Yalcin/Anadolu Agency via Getty Images). (Mustafa Yalcin/Anadolu Agency via Getty Images)

Le directeur général du constructeur automobile Stellantis est en tête du classement des rémunérations des PDG du CAC 40, d’après les chiffres publiés fin 2022 par Proxinvest, pour l’année 2021 (salaires et bonus inclus). Selon le cabinet de conseil et d'analyse financière, c’est même un record jamais observé auparavant en France.

Cette rémunération a été jugée "choquante et excessive" par Emmanuel Macron, et elle a même été rejetée par les actionnaires du groupe né de la fusion de PSA Peugeot-Citroën et Fiat Chrysler. Mais la société étant basée aux Pays-Bas, ce vote n’est pas contraignant. À noter que Carlos Tavares pourrait battre un nouveau record en 2022, car son salaire a été revu à la hausse.

2. Bernard Charlès, 44,1 millions d’euros

Le patron de Dassault Systemes en 2015 (Crédits : ERIC PIERMONT/AFP via Getty Images).
Le patron de Dassault Systemes en 2015 (Crédits : ERIC PIERMONT/AFP via Getty Images). (ERIC PIERMONT/AFP via Getty Images)

Directeur général de Dassault Systèmes depuis près de trente ans, Bernard Charlès emboîte le pas à Carlos Tavares, avec des revenus multipliés par deux l’an passé d’après Proxinvest.

Lui aussi a vu sa rémunération critiquée par les actionnaires minoritaires lors de l’assemblée générale du groupe éditeur de logiciels. Comme Carlos Tavarès, la majeure partie de sa rémunération mirobolante découle d’un très grand nombre d’actions cotées en Bourse, pour environ 41 millions d’euros selon Proxinvest.

3. Daniel Julien, 19,6 millions d’euros

Connaissez-vous Teleperformance, la multinationale spécialisée dans les centres d’appels et le service client ? Son patron, Daniel Julien, a le salaire fixe le plus élevée de tout le CAC 40, avec 2,2 millions d’euros, et l’an dernier il a touché le bonus maximum prévu par ses primes.

Il a aussi bénéficié d’un cours boursier à la hausse pour les actions Teleperformance qu’il détient. De quoi accumuler une somme rondelette et se glisser à la troisième place de ce classement.

4. François-Henri Pinault, 12 millions d’euros

Le patron de Kering, le 30 juin 2021 (Crédits : LUDOVIC MARIN/AFP via Getty Images).
Le patron de Kering, le 30 juin 2021 (Crédits : LUDOVIC MARIN/AFP via Getty Images). (LUDOVIC MARIN/AFP via Getty Images)

Le luxe ne se porte pas trop mal. Le PDG de Kering (qui détient entre autres les marques Gucci, Yves Saint Laurent, Balenciaga) arrive en quatrième position. Certes, on est loin de son record de 2018, quand il avait touché une rémunération totale de près de 22 millions d’euros.

D’après Kering, François-Henri Pinault n’aurait touché "que 5,7 millions d’euros en 2021, mais le cabinet Proxinvest prend en compte la convention d’assistance conclue avec sa holding Artémis (qui détient 42% des parts de Kering) d’un montant de 6,3 millions d’euros.

5. Paul Hudson, 8,96 millions d’euros

Le patron de Sanofi, en octobre 2019 (Crédits : ERIC PIERMONT / AFP via Getty Images).
Le patron de Sanofi, en octobre 2019 (Crédits : ERIC PIERMONT / AFP via Getty Images). (ERIC PIERMONT / AFP via Getty Images)

Le secteur de la santé est aussi dans le top 5 : Paul Hudson, le directeur général de Sanofi, a touché une rémunération totale de près de 9 millions d’euros en 2021. D'après Sanofi, sa paie fixe s'élève à 1,3 millions d'euros, tandis que ses bonus peuvent aller jusqu'à 3,25 millions d'euros s'il atteint ses objectifs. Il s'est aussi vu attribuer des actions pour une valeur totale de 5,3 millions d'euros.

Selon un sondage Scalens/Avanty paru en décembre 2022, 44% des entreprises prévoient d'augmenter la rémunération fixe de leur dirigeant en 2023 et 60% prévoient de modifier les critères de performance.

VIDEO - 66 millions d'euros pour Carlos Tavares : le salaire du dirigeant de Stellantis contesté