La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 294,16
    -22,16 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    11 131,20
    -45,20 (-0,40 %)
     
  • Nikkei 225

    27 120,53
    +128,32 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    0,9889
    -0,0097 (-0,97 %)
     
  • HANG SENG

    18 087,97
    +1 008,46 (+5,90 %)
     
  • BTC-EUR

    20 415,18
    -17,46 (-0,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    457,32
    -1,09 (-0,24 %)
     
  • S&P 500

    3 784,41
    -6,52 (-0,17 %)
     

Qui est Yvon Chouinard, le patron de Patagonia qui a fait don de son entreprise ?

Alpiniste, surfeur, kayakiste et pêcheur, Yvon Chouinard est le fondateur de Patagonia, l'entreprise de vêtements outdoor très engagée pour la planète.
Alpiniste, surfeur, kayakiste et pêcheur, Yvon Chouinard est le fondateur de Patagonia, l'entreprise de vêtements outdoor très engagée pour la planète.

Yvon Chouinard, fondateur de la marque Patagonia, a décidé de faire don de son entreprise à un trust et une ONG chargés de consacrer 100% des bénéfices à la planète. Qui est cet excentrique homme de 83 ans ?

"La Terre est désormais notre seul actionnaire". Ce sont les mots d'Yvon Chouinard, fondateur de la marque américaine de vêtements de plein air Patagonia, qui a décidé de faire don de son entreprise connue pour ses prises de position en faveur de l'environnement. Alors qu'il aurait pu vendre sa célèbre marque valorisée à plus de 3 milliards de dollars, il a préféré transférer 100% de ses parts dans l'entreprise à un trust chargé de s'assurer que ses valeurs sont respectées ainsi qu'à une association de lutte contre la crise environnementale et la protection de la nature à qui seront reversés les profits.

Fondateur de la marque Patagonia il y a 50 ans, Yvon Chouinard est toujours resté fidèle à ses principes. Cet Américain d'origine québécoise affirme qu'il n'a "jamais voulu devenir un homme d'affaires" et encore moins un milliardaire. Alpiniste chevronné, il débute l'escalade à l'âge de 14 ans et avant ses 20 ans, il trouve que les pitons utilisés pour l'escalade sont trop peu solides et fabrique lui-même son propre matériel d'escalade : des pitons et des mousquetons en acier réutilisables. Un nouveau type de matériel qui a permis de révolutionner l'escalade glaciaire en montagne dans les années 1970.

Il a inventé la "grimpe propre"

Alors que la demande pour son matériel qu'il ne cesse d'améliorer est grandissante, il abandonne l'artisanat et se lance dans la fabrication industrielle et ses équipements rencontrent rapidement un grand succès grâce à leur qualité et leur praticité. La société Chouinard Equipment devient le premier fournisseur de matériel d'escalade des États-Unis.

En 1972, les pitons qui abîment la roche sont remplacés par des coinceurs en aluminium, ce qui a permis d'inventer la grimpe propre. La même année, la société sort les premiers vêtements outdoor pour les grimpeurs et les amateurs de sports en extérieur tels que des anoraks enduits de polyuréthane, des sacs de bivouac, des gants et moufles en laine bouillie ou encore des bonnets, et la société prend le nom de Patagonia en 1973.

Une marque engagée en faveur de la protection de la nature

Malgré l'énorme succès de Patagonia, Yvon Chouinard a toujours continué à pratiquer l'alpinisme et l'escalade et passé la majorité de son temps à l'extérieur, ce qui lui a permis d'inventer et améliorer sans cesse le matériel et les vêtements destinés au sport outdoor. Comme le rappelle le site du magasin de surf Walrus, dans son livre Confessions d'un entrepreneur… pas comme les autres, Yvon Chouinard avoue : "Je suis homme d'affaires depuis près de soixante ans. J'ai du mal à écrire ces mots, comme si je devais admettre que je suis alcoolique ou avocat. Je n'ai jamais respecté cette profession. Les entreprises sont majoritairement condamnables pour leur comportement d'ennemies de la nature, pour la destruction des cultures indigènes, pour prendre au pauvre et donner au riche, et pour l'empoisonnement de la terre avec les effluents de leurs usines."

Rapidement, ce grimpeur, surfeur, kayakiste et forgeron se rend compte que face au succès de sa marque, il devient un acteur du consumérisme qui fait du mal à la planète. C'est pourquoi il décide de s'engager en faveur de la protection de la nature sans sombrer dans le greenwashing, en choisissant minutieusement ses matières premières comme le coton biologique, cultivé sans pesticides, ou le polyester recyclé et surtout en donnant 1% de ses ventes réalisées chaque année à des ONG environnementales à partir de 1985.

"N'achetez pas cette veste"

Lors du Black Friday en 2011, Patagonia se fait remarquer avec une publicité qui se veut écolo-responsable indiquant "N'achetez pas cette veste", accompagné du texte "Considérez la veste R2 sur l'affiche, l'un des produits que l'on vend le mieux. Pour la concevoir, on a besoin de 135 litres d'eau, assez pour satisfaire les besoins quotidiens en eau de 45 personnes. Son voyage de ses origines comme polyester à 60% recyclé jusqu'à notre entrepôt de Reno génère 9 kilos de dioxyde de carbone. [...] Il y a beaucoup de choses à faire pour nous tous. N'achetez pas ce dont vous n'avez pas besoin."

Yvon Chouinard a toujours conservé les valeurs qui lui tiennent à cœur et fait le maximum pour limiter l'impact environnemental de sa marque. Les techniciens de la marque font toujours des recherches en continu pour concevoir des tissus respectueux de la planète, et les magasins Patagonia proposent des réparations pour prolonger la durée de vie des vêtements.

Il ne possède ni téléphone, ni ordinateur

Aujourd'hui âgé de 83 ans, cette homme originaire du Maine (États-Unis) n'a pas créé Patagonia pour devenir riche mais pour fournir des équipements de qualité aux passionnés d'aventure et n'a jamais changé son mode de vie. À ce jour, il possède deux maisons modestes, roule en vieille Subaru et ne possède ni téléphone, ni ordinateur.

En 2020, il avait déjà prévenu ses équipes de son ambition de faire quelque chose pour l'environnement. Deux ans plus tard, il décide donc de sauver la planète en faisant don de son entreprise. "Une option était de vendre Patagonia et de donner tout l'argent. Mais on ne pouvait pas être sûr qu'un nouveau propriétaire maintienne l'emploi et nos valeurs", a-t-il déclaré, lui qui est très loin des valeurs du capitalisme. Quant à faire entrer Patagonia en Bourse, cela aurait été "un désastre".

Si cet homme devenu chef d'entreprise malgré lui s'agaçait d'être dans la liste des millionnaires de Forbes, ce temps est désormais révolu.

VIDÉO - Sobriété, tous exemplaires ! C'est possible ?