La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 472,35
    -41,04 (-0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 725,39
    -29,21 (-0,78 %)
     
  • Dow Jones

    32 803,47
    +76,65 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0187
    -0,0063 (-0,61 %)
     
  • Gold future

    1 772,60
    -15,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    22 673,93
    -276,88 (-1,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    533,20
    -2,02 (-0,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    88,53
    -0,01 (-0,01 %)
     
  • DAX

    13 573,93
    -88,75 (-0,65 %)
     
  • FTSE 100

    7 439,74
    -8,32 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 657,55
    -63,03 (-0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 145,19
    -6,75 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    28 175,87
    +243,67 (+0,87 %)
     
  • HANG SENG

    20 201,94
    +27,90 (+0,14 %)
     
  • GBP/USD

    1,2071
    -0,0088 (-0,72 %)
     

Le propriétaire réclame des loyers impayés, il se fait condamner par la justice

Ce propriétaire qui avait assigné sa locataire pour impayés s'est finalement fait condamner par la justice. La raison ? Le bailleur louait une chambre meublée dans le 16e arrondissement de Paris de 6,89 m² mais dont la surface habitable était de 4,24 m², pour 350 euros par mois, rapporte Le Figaro Immobilier le 12 juillet. Bien moins que le minimum requis par la loi pour être considéré comme un logement décent, à savoir, 9 m². Un élément dont la locataire n'avait pas conscience, lorsqu'elle a signé son contrat de location. Mais c'est lorsqu'elle reçoit un commandement de payer de son bailleur de 5.400 euros le 1er décembre 2020, après plusieurs mois d'impayés, qu'elle décide de contacter la Fondation Abbé Pierre d'Île-de-France. L'association l'a alors aidée dans ses démarches, et lui a expliqué ses droits.

Les juges, qui ont tranché l'affaire le 10 mai dernier, ont estimé que le bailleur avait manqué à son obligation de fournir un logement décent. Il a donc été condamné, en réparation du "trouble de jouissance" dont a souffert la locataire, à indemniser cette dernière à hauteur de 177,04 € par mois soit une somme globale de 10.799,44 €, rapportent nos confrères du Figaro Immobilier. Cette dernière a, elle, été condamnée à payer au propriétaire la somme de 10.800 euros, au titre de l'arriéré des loyers, car "l’indemnisation d’un trouble de jouissance ne dispense pas réciproquement le locataire de son obligation en paiement du loyer", a rappelé le tribunal. Ian Brossat, adjoint (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Immobilier : les 10 villes où les prix ont le plus augmenté sur les trois derniers mois
Locations : les villes où les demandes de visites par logement explosent
Crédit immobilier : voici des exemples de “bons” dossiers désormais retoqués
Rénovation énergétique : les bailleurs encore trop peu nombreux à engager des travaux
Immobilier neuf : la qualité du programme prime sur l’avantage fiscal

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles