La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,16 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1925
    -0,0054 (-0,45 %)
     
  • Gold future

    1 698,20
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    40 935,51
    +1 147,48 (+2,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    982,93
    +39,75 (+4,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,28
    +2,45 (+3,84 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,68 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,78 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3827
    -0,0067 (-0,48 %)
     

Le projet Hercule inquiète, l’action EDF dégringole de 18 %

Source AFP
·1 min de lecture
Les négociations concernant le projet Hercule, pour la scission d'EDF en trois entités, sont en cours avec Bruxelles.
Les négociations concernant le projet Hercule, pour la scission d'EDF en trois entités, sont en cours avec Bruxelles.

Le projet Hercule, visant à diviser EDF en trois entités distinctes (dont une qui serait une structure privée, tout du moins en partie, ne rassure pas les investisseurs, qui voient aussi d'un mauvais ?il les négociations tendues entre Bruxelles et le fournisseur historique d'électricité français. Cela a des conséquences en Bourse. Le cours d'EDF a ainsi dégringolé jusqu'à 18 % lundi 25 janvier après la publication d'informations par BFM Business évoquant un enlisement du projet de réorganisation Hercule, justement en raison des problèmes de communication avec Bruxelles.

Le gouvernement français les a rapidement minimisées, faisant légèrement remonter le titre : vers 15 h 21, l'action de l'énergéticien français perdait toutefois encore 15,18 % à 10,50 euros, dans un marché en baisse de 1,27 %.

La Commission européenne intraitable avec EDF ?

Le projet Hercule pourrait se traduire par une scission de l'électricien en trois entités : une entreprise publique (EDF bleu) pour les centrales nucléaires, une autre (EDF vert) cotée en Bourse pour la distribution d'électricité et les énergies renouvelables, et une troisième (EDF azur) qui coifferait les barrages hydroélectriques.

À LIRE AUSSIL'Élysée prépare la renationalisation partielle d'EDF

« La tendance (boursière) confirme la défiance et la déception qu'ont les investisseurs » après la publication de l'article de presse, a commenté auprès de l'Agence France-Presse Mikael Jacoby, responsable du courtage Europe contin [...] Lire la suite