La bourse est fermée

Produits anti-Covid, CPF, paris sportifs... 60% des influenceurs contrôlés par la Répression des fraudes dans l'illégalité

Unsplash

Les influenceurs dans le viseur de la répression des fraudes. Plus de la moitié (60%) des influenceurs "ciblés" depuis 2021 par la Répression des fraudes n'ont pas respecté la réglementation sur la publicité et les droits des consommateurs, et plusieurs procédures ont été ouvertes à leur encontre, selon un communiqué lundi. L'enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a "ciblé" plus d'une soixantaine d'agences et influenceurs actifs dans la promotion de cosmétiques, de compléments alimentaires, de programmes "minceur" ou encore dans les services de trading et de paris en ligne. "La totalité des influenceurs en anomalie ne respectaient pas les règles relatives à la transparence du caractère commercial de leurs publications", a détaillé dans un communiqué la direction rattachée au ministère de l'Economie et des Finances.

Elle a reproché à une trentaine d'entre eux d'avoir "trompé les consommateurs sur les propriétés des produits vendus" ou d'avoir "promu des produits ou services risqués" dans le domaine des paris sportifs. "Dans les cas les plus graves, certains influenceurs ont réalisé des opérations de promotions non autorisées, comme celle de l’utilisation du compte de formation professionnelle (CPF) pour récupérer des espèces ou des cadeaux (...) ou celle d’injections à visée esthétique par des esthéticiens et des non professionnels de santé", a ajouté l'administration.

Elle cible également certains pratiquants (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Grève en vue dans les stations de ski pour les vacances de février ?
Un collectif porte plainte contre des influenceurs qui ont recommandé des placements très risqués
Carburants : les prix du gazole et de l'essence continuent d'augmenter et se rapprochent des 2 euros
Monaco épinglé par l’Europe dans sa lutte anti-blanchiment
Retards de paiement : les mauvais payeurs sanctionnés par la Banque de France