La bourse ferme dans 2 h 14 min
  • CAC 40

    7 194,55
    +60,72 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 296,45
    +38,63 (+0,91 %)
     
  • Dow Jones

    35 368,47
    -543,34 (-1,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,1343
    +0,0013 (+0,11 %)
     
  • Gold future

    1 823,60
    +11,20 (+0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    37 182,54
    +228,01 (+0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 000,23
    -9,16 (-0,91 %)
     
  • Pétrole WTI

    86,10
    +0,67 (+0,78 %)
     
  • DAX

    15 868,30
    +95,74 (+0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 611,90
    +48,35 (+0,64 %)
     
  • Nasdaq

    14 506,90
    -386,86 (-2,60 %)
     
  • S&P 500

    4 577,11
    -85,74 (-1,84 %)
     
  • Nikkei 225

    27 467,23
    -790,02 (-2,80 %)
     
  • HANG SENG

    24 127,85
    +15,07 (+0,06 %)
     
  • GBP/USD

    1,3633
    +0,0034 (+0,25 %)
     

Présidentielle 2022: Le Congrès LR est ouvert, découvrez notre dossier spécial

·4 min de lecture
Xavier Bertrand, Philippe Juvin, Valérie Pécresse, Michel Barnier et Eric Ciotti sont départagés à partir de ce mercredi par les militants des Républicains. (Photo: JULIEN DE ROSA / AFP)
Xavier Bertrand, Philippe Juvin, Valérie Pécresse, Michel Barnier et Eric Ciotti sont départagés à partir de ce mercredi par les militants des Républicains. (Photo: JULIEN DE ROSA / AFP)

POLITIQUE - L’avenir de la droite est, en grande partie, dans les mains des 140.000 militants des Républicains qui participent jusqu’à jeudi 2 décembre en début d’après-midi au premier tour de leur Congrès. À eux de départager les cinq candidats à l’investiture LR en vue de la présidentielle 2022.

Michel Barnier, Xavier Bertrand, Éric Ciotti, Philippe Juvin et Valérie Pécresse espèrent devenir le candidat de la droite et affronter ainsi Emmanuel Macron, Marine Le Pen ou Éric Zemmour en avril prochain.

En attendant le résultat samedi à 14heures (sauf improbable victoire au premier tour), Le HuffPost vous propose de retrouver les immanquables de cette campagne interne.

Les candidats

À 71 ans, l’ex-négociateur en chef du Brexit détonne par son calme au sein de la primaire des Républicains. Trop calme pour remporter une présidentielle?

Le président de la région Hauts-de-France a finalement pris part aux quatre débats télévisés pour départager les candidats LR. Un revirement par rapport à ce qu’il avait annoncé; ce qui est loin d’être inédit.

La partition (très) droitière livrée par le député des Alpes-Maritimes lors du premier débat des Républicains n’est pas passée inaperçue. Les soutiens d’Eric Zemmour avait applaudi ses déclarations. Et ce n’est pas un hasard.

Cchef des urgences à l’hôpital Georges Pompidou à Paris et maire LR de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine), Philippe Juvin nous avait accordé une interview à quelques semaines du lancement de la campagne.

Sur les sujets de pouvoir d’achat, de finances ou si vous l’interrogez sur le bilan de son prédécesseur, il y a de grandes chances pour que Valérie Pécresse vous parle du mandat d’Emmanuel Macron en ces termes: “Il a cramé la caisse”.

Nos analyses

(Re)découvrez les résultats du sondage que Le HuffPost a fait réaliser par l’institut YouGov à la veille de l’ouverture du vote. Qui est le plus crédible? Qui fait le match avec Emmanuel Macron? Tous les résultats dans cet article.

Courtois, le premier débat entre les cinq candidats a confirmé que c’est sur la droite que se jouera l’élection.

Lors du deuxième débat, les cinq candidats étaient plutôt alignés sur l’immigration et la sécurité, mais leur positionnement face au polémiste laisse transparaître des divisions.

Pour leur troisième débat, Éric Ciotti, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Philippe Juvin et Michel Barnier étaient sur CNews à dix jours du premier tour. Et on a eu la confirmation qu’il était dur de changer de sujets.

Pour le quatrième et dernier débat, Michel Barnier, Xavier Bertrand, Éric Ciotti, Philippe Juvin et Valérie Pécresse ont confronté leurs projets sur bon nombre de sujets, du pouvoir d’achat des Français, aux réformes institutionnelles en passant par le système de santé ou même l’agriculture. Il était temps, après trois exercices largement phagocytés par les thèmes identitaires ou sécuritaires.

Durant toute la campagne, les cinq candidats n’ont eu de cesse de préserver l’ambiance pour ne pas reproduire les erreurs de 2016. Cela n’a pas empêché quelques accrochages ou querelles d’ego comme lorsqu’il s’est agi d’afficher le nombre de ses parrains.

Les faits marquants de la campagne

Au lendemain du premier débat télévisé, les cinq candidats à la primaire des Républicains ont déposé ensemble une gerbe de fleurs devant la célèbre Croix de Lorraine à Colombey-les-Deux-Eglises.

Le président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur dénonce une ligne trop floue par rapport à l’extrême droite. Quelques heures plus tôt, il avait apporté son soutien à Xavier Bertrand en attaquant Eric Ciotti de manière virulente.

Le candidat à la primaire LR ne veut pas oublier de tendre la main à son “ami” Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. S’il est élu président de la République, il lui demandera d’être son Premier ministre.

Le président de la République et le patron de région Hauts-de-France se sont livrés à des échanges d’une rare intensité lors d’un déplacement du premier sur les terres du second. Et cela n’a rien d’anodin à cinq mois de la présidentielle.

À voir également sur Le HuffPost: Ciotti et Zemmour: le “jeu” des 7 ressemblances

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles