La bourse ferme dans 8 h 9 min

Pourquoi le rachat de Fitbit par Google peut aussi poser des problèmes au géant de la tech

Business Insider

Hollis Johnson/Business Insider

Google et Fitbit ont annoncé en fin de semaine dernière que le géant de la recherche en ligne allait acquérir le fabricant de montres connectées pour environ 2,1 milliards de dollars. L'acquisition de Fitbit par Google renforcera sa présence sur le marché dit des "wearables" — produits électroniques que l'on porte sur soi (montres, bracelets, écouteurs, etc.) — un marché dont elle a été largement absente en comparaison avec Apple et Fitbit. Google exploite déjà un système d'exploitation pour montres connectées appelée Wear OS et utilisées par des entreprises comme Fossil, Kate Spade, Misfit. D'autres horlogers l'ont utilisé pour leurs montres, mais ce n'est pas un produit phare de Google comme peuvent l'être ses smartphones Pixel et ordinateurs portables Pixelbook.

L'acquisition de Fitbit signifie maintenant que l'une des marques de montres intelligentes les plus populaires au monde fait partie du portefeuille de Google, bien qu'on ne sait pas encore si Fitbit fonctionnera indépendamment ou si le nom de Google sera accolé aux futurs produits. Ce rachat intervient alors que Google fait l'objet d'un examen minutieux des législateurs, préoccupés par la taille et la puissance de l'entreprise, à l'instar de Facebook, Apple et Amazon.

Google est déjà à l'origine du système d'exploitation sur mobile la plus populaire au monde : Android. Son logiciel est présent sur 87% des smartphones dans le monde, selon l'International Data Corporation. Android revendique également 58,7% d'utilisation de son navigateur web Chrome, selon W3Counter, un site web qui surveille les sources de trafic sur internet.

A lire aussi — La maison-mère de Google voit son bénéfice chuter en raison notamment d'un litige avec la France

Avec Fitbit, Google ne pourra plus minimiser les préoccupations sur sa puissance

Avec l'intégration de Fitbit dans l'entreprise,…

>> LIRE LA SUITE SUR BUSINESS INSIDER

Lire aussi : Huawei va dépenser 40 Mds$ en Europe pour se prémunir des sanctions américaines

Aussi sur Business Insider