La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0797
    -0,0114 (-1,05 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 652,26
    -209,94 (-0,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Pourquoi les prix des produits alimentaires vont encore flamber en 2023

OceanProd/Adobe Stock

L’inflation ne cesse d’augmenter en France. Les produits alimentaires ne sont pas épargnés. Ce jeudi 1er décembre 2022, les industriels de l’agroalimentaire ont demandé aux grandes surfaces des hausses à deux chiffres sur leurs produits.

Les professionnels de l’univers des grandes surfaces sont inquiets. Les prix des produits vendus dans leurs magasins pourraient exploser dès le début d’année 2023. Ce jeudi 1er décembre, c’était la date limite pour les industriels de l’agroalimentaire pour indiquer les tarifs attendus sur leurs produits. Dans les colonnes du Monde, Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution, a bien du mal à cacher ses craintes : "Les demandes de revalorisation qui nous parviennent des fournisseurs sont à des niveaux extrêmement élevés : entre 15 % et 25 % sur de nombreux produits." Bien loin des tarifs négociés l’année précédente : "Il y a un an, les industriels avaient demandé une hausse moyenne de 7 % et obtenu environ 3,5 %", indique au Monde Thierry Dahan, médiateur des relations commerciales agricoles.

En cause ? Plusieurs facteurs concourent à créer un climat inflationniste fort. La reprise post-Covid, la guerre en Ukraine, la grippe aviaire ont fortement impacté les coûts de production. En outre, les industriels doivent également amortir les coûts de l’énergie, des matières premières agricoles, du transport et des emballages qui ont explosé ces derniers mois.

Certaines entreprises ont également des difficultés à fixer un prix pour leurs produits. En effet, elles sont encore en pleine négociation de leur renouvellement de contrat énergétique. De leur côté, les magasins distributeurs font grise mine. Michel-Edouard Leclerc, le président du comité (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Son imprimante 3D facilite le travail des chefs pâtissiers
Pourquoi le vaisseau spatial de Virgin Galactic n’a pas de roues à l’avant
Luxe : les chiffres d'un secteur qui se porte très bien
Le contrat en or proposé à Cristiano Ronaldo par un club saoudien
CAC 40 : les voyants au vert, la Fed et la Chine rassurent, LVMH et Hermès décollent

VIDÉO - Des logements à moitié prix seront vendus à Paris en 2023 grâce au bail réel solidaire