Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,21 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 719,60
    +711,58 (+1,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 369,64
    -4,20 (-0,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,39 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,35 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,88 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,08 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

Le paysage de la production mondiale est le fruit de la compétition sur les marchés et de la division internationale du travail

PÉKIN, 9 mai 2024 /PRNewswire/ -- Un rapport publié par le Quotidien du Peuple indique que depuis la révolution industrielle du XVIIIe siècle, le développement continu de la productivité et la mondialisation économique ont entraîné une accélération du flux des facteurs de production à l'échelle mondiale.

Par conséquent, la répartition de la capacité de fabrication dans différents pays et régions a été en constante évolution, donnant ainsi naissance à un schéma mondial dynamique de capacité de production.

Il s'agit d'un phénomène objectif, dicté par les lois économiques régissant l'économie de marché, ce qui exige une compréhension scientifique et rationnelle.

Le paysage de la production mondiale est le résultat de la mondialisation économique. Dans le cadre d'une économie de marché ouverte, une division internationale du travail a été créée en raison des avantages comparatifs entre les pays. Grâce au commerce international, ils partagent les bénéfices découlant de cette division du travail et de cette spécialisation. C'est la logique sous-jacente à la mondialisation économique et au libre-échange.

PUBLICITÉ

Par exemple, d'après un rapport de l'Association de l'industrie des semi-conducteurs des États-Unis, les entreprises de semi-conducteurs américaines ont enregistré des ventes totales de 275 milliards de dollars en 2022, soit 48 % du marché mondial. Sur le marché des semi-conducteurs de 180,5 milliards de dollars en Chine, les entreprises américaines détenaient une part de 53,4 %.

Un autre exemple concerne le constructeur automobile japonais Toyota. L'entreprise a écoulé près de 10,31 millions de véhicules dans le monde au cours de l'exercice 2023, dont près de 8,78 millions ont été vendus en dehors du Japon.

Dans un pays où la capacité de production dépasse la demande intérieure du marché, cette situation ne doit pas être qualifiée de « surcapacité », comme cela est souvent affirmé. Au contraire, elle représente un phénomène naturel résultant de la division internationale du travail et de la spécialisation fondée sur les avantages comparatifs dans le cadre de la mondialisation économique. Il s'agit là d'une des manifestations des mécanismes de marché.

Le paysage de la production mondiale est le fruit de la loi de la valeur. En compétition sur le marché, les capacités de production les plus efficaces peuvent obtenir des profits plus élevés en offrant des prix plus bas, ce qui conduit à l'élimination des capacités moins efficientes. Dans ce processus, la coexistence de capacités efficientes et inefficaces ne témoigne pas d'une surcapacité, mais plutôt d'une étape nécessaire pour que la loi de la valeur puisse se manifester.

Par exemple, grâce aux avancées technologiques et à l'adoption croissante de concepts de développement durable, les véhicules à énergie nouvelle sont en train de remplacer progressivement les voitures traditionnelles fonctionnant aux combustibles fossiles.

D'après le rapport « Perspectives mondiales des véhicules électriques (VE) 2024 » de l'Agence internationale de l'énergie, les ventes mondiales de véhicules électriques ont atteint près de 14 millions d'unités en 2023, soit 18 % du total. Il est prévu qu'en 2030, un tiers des voitures circulant en Chine seront électriques, tandis que cette proportion approchera un cinquième aux États-Unis et dans l'Union européenne.

Avec la tendance mondiale vers le développement des véhicules à énergie nouvelle, l'écart entre l'offre et la demande dans cette industrie se creuse, suggérant que la capacité efficace est plutôt insuffisante que surabondante.

Par conséquent, c'est au marché de déterminer, à l'échelle mondiale, quelles industries souffrent de surcapacité et d'identifier les excédents de capacité. Rejeter la concurrence sous prétexte de « surcapacité » va à l'encontre des principes fondamentaux et des règles d'une économie de marché, ne satisfaisant pas aux exigences de la loi de la valeur. Cela conduira inévitablement à des monopoles, à l'inefficacité et à la stagnation, nuisibles au développement à long terme de tout pays.

Le paysage de la production mondiale découle des lois économiques et de l'innovation technologique. Les régions qui sont à la pointe de l'innovation et des progrès technologiques ont généralement une gamme plus large de capacités de production et mettent à niveau leurs capacités plus rapidement. Dans ce processus, la compétition, les fusions et acquisitions entre capacités dotées de niveaux technologiques et d'approches différentes sont inévitables.

La croissance de l'industrie chinoise des véhicules à énergie nouvelle s'explique par l'innovation globale dans les systèmes de propulsion énergétique, tels que les batteries et les moteurs, encouragée par le développement durable et à faible émission de carbone.

Cette innovation a conduit à une concentration des capacités mondiales de véhicules à énergie nouvelle de haute qualité en Chine. Par exemple, l'année dernière, plus de la moitié des véhicules Tesla livrés dans le monde ont été produits par l'usine Gigafactory de Shanghai. Des entreprises internationales telles que Bosch, Magna et BASF ont également accru leurs investissements en recherche et développement sur le marché chinois.

L'avancée de l'innovation et du secteur des véhicules électriques en Chine répond à la fois aux besoins du marché intérieur et comble le fossé mondial entre l'offre et la demande dans cette industrie, tout en favorisant le développement durable.

Selon Hildegard Muller, présidente de l'Association allemande de l'industrie automobile, le dynamisme du marché chinois et l'évolution de son industrie des véhicules électriques sont bénéfiques à l'échelle mondiale pour le secteur automobile.

La Chine, en tant que premier pays manufacturier et premier exportateur mondial, voit naître de nombreux secteurs émergents et entreprises, stimulés par une concurrence soutenue par les avancées technologiques. Cette dynamique témoigne de la vitalité économique et de la créativité du pays, loin d'une simple surproduction due à un investissement excessif.

La réorganisation mondiale des capacités de production, dictée par les forces du marché, va continuer à progresser malgré les obstacles. Récemment, certains pays ont adopté des politiques de « désaccouplement » et mis en place des mesures telles que le « petit périmètre, haute clôture », la « relocalisation amicale » et le « renforcement de la capacité » à des fins politiques. Ces actions ont conduit à une surproduction et une surcapacité mondiales. Ces mesures anti-mondialisation, qui excluent la concurrence et vont à l'encontre des principes de l'économie de marché, ont entraîné une hausse des coûts de production mondiaux, une diminution de l'efficacité économique et ont nui au bien-être des consommateurs mondiaux ainsi qu'aux intérêts des industries concernées.

Face à la croissance continue et au développement de l'industrie manufacturière chinoise, une approche juste et positive devrait être de s'engager dans une compétition ouverte et équitable avec les entreprises chinoises, tout en cherchant également des opportunités de coopération et de progrès mutuel, plutôt que de se cacher derrière un protectionnisme commercial et des discours nationalistes, et de lancer des accusations de « surcapacité ».

L'ouverture favorise le progrès, tandis que l'isolement conduit au retard. Cette leçon cruciale, tirée de l'histoire chinoise des deux siècles passés, restera pertinente et sera encore mise à l'épreuve au cours du siècle à venir.

Cision
Cision

View original content:https://www.prnewswire.com/news-releases/le-paysage-de-la-production-mondiale-est-le-fruit-de-la-competition-sur-les-marches-et-de-la-division-internationale-du-travail-302141389.html