La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 037,11
    -364,90 (-1,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,2090
    -0,0096 (-0,79 %)
     
  • Gold future

    1 728,00
    -47,40 (-2,67 %)
     
  • BTC-EUR

    39 093,98
    -2 413,57 (-5,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    947,46
    +14,32 (+1,53 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,88
    -1,65 (-2,60 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 249,27
    +129,84 (+0,99 %)
     
  • S&P 500

    3 827,05
    -2,29 (-0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3955
    -0,0057 (-0,41 %)
     

Péage, tabac, électricité, gaz… Ce qui change pour vos dépenses dès le 1er février

Mathieu BRUCKMULLER
·2 min de lecture
Facture

Comme à chaque début de mois, une série de nouveautés entrent en vigueur avec un impact direct sur votre pouvoir d’achat. Et en février, il y a plusieurs mauvaises nouvelles. Voici ce qui vous attend à partir de lundi.

Le prix du tabac évolue

Il y a du nouveau pour le prix du tabac. Après la hausse massive de 50 centimes au 1er novembre, des ajustements tarifaires sont entrés en application début janvier. Ils vont se poursuivre en février avec des hausses de 10 centimes d’euro sur certaines références comme les 20 cigarettes de Camel Blue 100's qui coûtent désormais 10,30 euros. Idem pour le paquet de Camel Silver. A l’inverse, par exemple, les Lucky Strike red longues (100's), en 20 unités, passent sous la barre des 10 euros à 9,90 euros, en recul de 10 centimes.

Les tarifs des péages progressent encore

Après une évolution de +0,80% en 2020, les prix des péages autoroutiers vont augmenter de 0,44%, en moyenne, au 1er février. Les hausses devraient varier, selon les tronçons, entre 0,30% et 0,65%. Des augmentations limitées cette année, certes, mais qui font toujours ressurgir le débat sur le bien-fondé des concessions autoroutières accordées en 2006. Un récent rapport sénatorial a préconisé de ne pas les prolonger au-delà de leur terme en raison d’une rentabilité trop favorable. Deux des trois groupes autoroutiers pourraient atteindre la rentabilité attendue lors de la privatisation, et ce 10 ans avant la fin des concessions, soit autour de 2022. Pour le rapporteur de la commission, « le statu quo n’est pas possible. Il est impératif de mieux partager les profits des sociétés d’autoroutes avec l’Etat et les usagers, et de rééquilibrer les relations entre le concédant et les concessionnaires ».

Lire la suite sur MoneyVox

Ce contenu peut également vous intéresser :

Voir également
- Crédit immo et conso : ces mauvaises dépenses qui bloquent votre prêt
- Assurance vie : la manœuvre de Yomoni pour obtenir jusqu'à 7,6% de rendement en 2020
- Forfait mobile RED by SFR : fausse joie pour les clients mécontents