La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 137,31
    +316,01 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 950,22
    +163,95 (+1,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 508,55
    -591,83 (-2,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,2041
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    28 621,92
    -513,81 (-1,76 %)
     
  • BTC-EUR

    45 758,48
    -1 652,73 (-3,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 270,57
    +7,61 (+0,60 %)
     
  • S&P 500

    4 173,42
    +38,48 (+0,93 %)
     

"Ne nous trompons pas de débat": Castaner répond aux critiques sur le Conseil de défense

Robin Verner
·1 min de lecture
Christophe Castaner sur notre plateau.  - BFMTV
Christophe Castaner sur notre plateau. - BFMTV

"Ne nous trompons pas de débat". Christophe Castaner, chef de file de La République en marche à l'Assemblée nationale, a réagi ce mercredi sur le plateau de BFMTV-RMC aux critiques de l'une de ses députées sur le Conseil de défense sanitaire, qui se réunit une nouvelle fois à l'Elysée dans la matinée, comme désormais presque toutes les semaines.

De simples "réunions de travail"

Yaël Braun-Pivet, qui est également présidente de la Commission des lois, a en effet réclamé mardi au micro de Sud Radio un organe gouvernemental dédié spécifiquement à la gestion du Covid-19, "avec ordre du jour, compte-rendu, documents publics" en lieu et place de la forme actuelle du Conseil de défense sanitaire, jugé trop opaque.

"Le président n a pas vocation à être contrôlé par l’Assemblée", a contré Christophe Castaner ce mercredi. Décrivant le Conseil de défense sanitaire, il a évoqué de simples "réunions de travail", "un cadre dans lequel le président consulte avec le Premier ministre". L'ex-ministre de l'Intérieur a appelé à "ne pas fantasmer cela".

"Il faut six à neuf mois pour faire une loi au Parlement"

Il a poursuivi: "Il faut la transparence et le gouvernement s'y engage, il faut répondre au Parlement et le gouvernement le fait très régulièrement mais ne nous trompons pas de débat". Est-ce à dire alors que l'une de ses députées les plus en vue se trompe de débat? "Oui, sur ce sujet", a répondu l'élu.

Il a ajouté: "Ne tombons pas dans tous les fantasmes. Si certains pensent que toutes les décisions de crise devraient être prises par le Parlement… Je vais vous dire une chose : il faut six à neuf mois pour faire une loi au Parlement."

Article original publié sur BFMTV.com