La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 225,61
    -458,13 (-1,54 %)
     
  • Nasdaq

    10 737,51
    -314,13 (-2,84 %)
     
  • Nikkei 225

    26 422,05
    +248,07 (+0,95 %)
     
  • EUR/USD

    0,9809
    +0,0070 (+0,72 %)
     
  • HANG SENG

    17 165,87
    -85,01 (-0,49 %)
     
  • BTC-EUR

    19 794,97
    -294,16 (-1,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,86
    -2,12 (-0,48 %)
     
  • S&P 500

    3 640,47
    -78,57 (-2,11 %)
     

Metal: Hellsinger transforme Doom en jeu de rythme et c’est hyper malin

Le jeu vidéo Metal: Hellsinger s’appuie sur une promesse évidente : nettoyer les niveaux du moindre démon au rythme des riffs de guitare nourrissant la bande son. Il fallait y penser.

Des morceaux de musique bien énervés, hérités du métal, une violence exacerbée pleinement assumée, une pelletée de démons tous plus affreux les uns que les autres… Il ne s’agit pas d’un nouvel épisode de la saga culte Doom, mais d’un rejeton un tantinet arrogant baptisé Metal: Hellsinger et développé par le studio The Outsiders originaire de Suède. Là où sont justement nés des groupes de métal comme Soilwork, Marduk ou encore Dark Funeral.

Il est bien évidemment difficile de dissocier Metal: Hellsinger de sa bande son. Pour aimer le jeu, il faut apprécier les gros riffs de guitare électrique, les assauts des baguettes sur les caisses d’une batterie, façon mitrailleuse, et les chanteurs qui hurlent les pires insanités au micro (ne me jugez pas sur ces clichés, j’écoute du métal). Pire, il faut savoir tendre l’oreille pour bien jouer. Car Metal: Hellsinger transforme l’expérience du Doom-like en une expérience rythmique, avec un casting de stars qui parlera aux amatrices et aux amateurs : Serj Tankian de System of a Down, Alissa White-Gluz de Arch Enemy ou encore Björn Strid de Soilwork.

Retrouvez Metal: Hellsinger à moins de 30 € sur Steam

Metal: Hellsinger
Metal: Hellsinger

[Lire la suite]