Marchés français ouverture 5 h 6 min
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    28 107,79
    -175,24 (-0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0364
    -0,0041 (-0,39 %)
     
  • HANG SENG

    17 174,74
    -398,84 (-2,27 %)
     
  • BTC-EUR

    15 574,55
    -478,65 (-2,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    378,08
    -4,57 (-1,19 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     

La marque Tom Ford vendue à Estée Lauder

SOPA Images / Getty Images

Estée Lauder a annoncé mardi 15 novembre qu'il allait racheter l'entreprise du designer américain Tom Ford pour 2,3 milliards de dollars. Ce dernier, âgé de 61 ans, restera jusque fin 2023 le créateur attitré de son entreprise, valorisée 2,8 milliards de dollars par l'opération, précise dans un communiqué Estée Lauder, qui espère clore l'opération au premier semestre 2023. Texan d'origine, le designer a lancé son entreprise en 2005 après avoir été directeur artistique chez Gucci et Yves Saint Laurent. Au-delà de ses collections de prêt-à-porter de luxe, il a aussi apporté son nom à des lignes de produits de beauté, d'accessoires et de lunettes.

Etre placé "sous l'intendance" d'Estée Lauder permettra "la continuité et l'évolution de la marque Tom Ford" comme l'une des marques de luxe de premier plan au niveau mondial, a estimé l'entreprise dans un communiqué. Les parfums et produits de maquillages de Tom Ford Beauty faisaient déjà l'objet depuis le lancement de la ligne en 2006 d'un accord sous licence avec Estée Lauder, qui détient aussi les cosmétiques MAC, les soins du visage Clinique et La Mer ou les produits Aveda.

Le groupe américain de cosmétiques s'attend à ce que Tom Ford Beauty parvienne d'ici deux ans à vendre pour un milliard de dollars de produits par an; il mise notamment sur le succès de ses parfums de luxe aux Etats-Unis et en Chine. En mettant la main sur Tom Ford, Estée Lauder acquiert les droits de propriété intellectuelle sur toutes ses lignes. L'entreprise n'aura (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Faillite de FTX : la BCE ne voit pas de risque de contagion
Un restaurant dans la prison des Baumettes à Marseille où ce sont les détenus qui font le service
Bourse : “le plus dur est-il passé pour les Gafa et les géants de la tech chinois ?”
Électricité : le régulateur appelle les entreprises à rapidement signer leurs contrats pour 2023
Boeing préconise le ruban adhésif pour remédier à des problèmes de peinture sur son 787 Dreamliner