La bourse ferme dans 55 min
  • CAC 40

    7 199,56
    +56,56 (+0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 302,47
    +30,28 (+0,71 %)
     
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,1406
    -0,0009 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    1 819,10
    +2,60 (+0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    37 325,66
    -832,24 (-2,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 022,17
    -3,56 (-0,35 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,87
    +0,05 (+0,06 %)
     
  • DAX

    15 944,30
    +61,06 (+0,38 %)
     
  • FTSE 100

    7 610,01
    +67,06 (+0,89 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    28 333,52
    +209,24 (+0,74 %)
     
  • HANG SENG

    24 218,03
    -165,29 (-0,68 %)
     
  • GBP/USD

    1,3649
    -0,0031 (-0,23 %)
     

Littérature. En Amérique latine, les romancières sortent de l’ombre

·2 min de lecture

La Foire internationale du livre (FIL) qui s’est ouverte samedi 27 novembre à Guadalajara, au Mexique, met à l’honneur les écrivaines latino-américaines. Ce grand rendez-vous littéraire va notamment récompenser l’Uruguayenne Fernanda Trias, figure de proue d’une littérature qui s’écrit de plus en plus au féminin sur le continent.

Longtemps éclipsées par les géants de la littérature latino-américaine, comme Gabriel Garcia Marquez ou Mario Vargas Llosa, de plus en plus de voix féminines sont en train d’émerger sur le continent latino-américain, remarque le journal Diario Las Americas.

Nombre d’entre elles seront à l’honneur pendant la Foire internationale du livre (FIL) de Guadalajara qui s’est ouverte samedi au Mexique. Des centaines de professionnels du livre y sont attendues jusqu’au 5 décembre pour l’un des grands rendez-vous de l’achat/vente de droits éditoriaux, après Francfort.

Suspendue l’année dernière pour cause de pandémie, la “FIL” va notamment récompenser l’Uruguayenne Fernanda Trias d’un prix Sor Juana Inés de la Cruz pour son roman “Mugre Rosa”. Dans son roman traduit en français “La ville invincible” (Héliotropismes), Trias retrace une cartographie intime de Buenos Aires au carrefour de la fiction et de l’autobiographie.

Un intérêt plus marqué pour “les minorités”

Comme elle, les écrivaines latino-américaines sont de plus en plus nombreuses à se faire une place dans le paysage littéraire du continent : Alejandra Costamagna au Chili, Djamila Ribeiro au Brésil ou encore Guadalupe Nettel au Mexique… Pour cette dernière, le succès des femmes peut s’expliquer par le fait que les lecteurs s’intéressent davantage “aux minorités, aux histoires bien plus intimes”. Mais certaines, comme l’Argentine Claudia Pineiro, se méfient de l’idée d’un “boom” des romancières latino-américaines, un mot souvent employé dans les médias, mais qu’elles jugent commercial.

La Foire du Livre International débute au moment même où disparaît l’écrivaine et journaliste espagnole de renom Almudena Grandes, décédée samedi des suites d’un

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles