La bourse ferme dans 5 h 58 min
  • CAC 40

    6 666,43
    +5,84 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 921,05
    +0,15 (+0,00 %)
     
  • Dow Jones

    33 597,92
    +1,58 (+0,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0499
    -0,0015 (-0,15 %)
     
  • Gold future

    1 795,20
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    16 034,02
    -104,22 (-0,65 %)
     
  • CMC Crypto 200

    395,20
    -6,84 (-1,70 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,73
    +0,72 (+1,00 %)
     
  • DAX

    14 252,50
    -8,69 (-0,06 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,62
    -2,57 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    10 958,55
    -56,34 (-0,51 %)
     
  • S&P 500

    3 933,92
    -7,34 (-0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    27 574,43
    -111,97 (-0,40 %)
     
  • HANG SENG

    19 450,23
    +635,41 (+3,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2169
    -0,0036 (-0,30 %)
     

L’Europe n’a jamais autant acheté de gaz russe liquéfié

Felix Cesare/Getty Images

La Russie, Gazprom en tête, a décidé de suspendre ses livraisons de gaz en France, plus largement en Europe. Début septembre, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, proposait de plafonner le prix du gaz russe. Mais dans le même temps, jamais l'Europe n'a acheté autant de gaz russe liquéfié. C'est le paradoxe qui ressort des chiffres dévoilés par le Groupement international des importateurs de GNL (GIIGNL), dont BFMTV se fait écho. Car depuis le début de l'année, les importations de ce gaz naturel liquéfié (GNL) ont augmenté de 13%.

Si l'on regarde plus précisément ces chiffres, en 2021, sur toute l'année, l'Europe avait importé 13 millions de tonnes. Au mois d'août de cette année, onze millions de tonnes ont déjà été importées et les achats sont déjà en hausse au premier semestre. Certes, les importations devraient se niveler, car les stocks de gaz européens sont presque complets, mais alors que l'Europe fait face à une crise énergétique sans précédent, et qu'elle prend des sanctions contre la Russie, la situation a de quoi interroger.

D'où vient ce gaz ? Il est importé du champ gazier de Yamal, au nord de la Russie. Un champ exploité par le Français TotalEnergies et son partenaire russe Novatek, détaillent nos confrères. Pourquoi les instances européennes laissent-elles passer cela ? "Les politiques acceptent cette situation, car Novatek est une société privée contrairement à Gazprom. L’argent ne tombe pas dans les poches de Poutine", avance une source (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Réforme des retraites : Emmanuel Macron envisage de dissoudre l'Assemblée en cas de motion de censure
Des Russes paient une fortune pour s'enfuir en jet privé et éviter de rejoindre l'armée
Le taux de pauvreté a reculé de 7,6 points grâce aux prestations sociales, selon une étude
Réforme des retraites : de nouvelles concertations en vue d'un projet de loi "avant la fin de l'hiver"
De combien votre retraite complémentaire va-t-elle augmenter ? La gestion des déchets pointée du doigt… Le flash éco du jour