La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 118,52
    -68,43 (-0,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

L’espérance de vie des abeilles a été divisée par deux en 50 ans

Les abeilles sont en danger. Plusieurs causes pourraient bien se superposer : pesticides, maladies et… facteurs génétiques, comme le montre une nouvelle étude.

Dans les laboratoires, les scientifiques se sont aperçus d’un déclin significatif de l’espérance de vie des abeilles. Deux chercheurs en ont tiré une modélisation mathématique publiée le 14 novembre 2022. Résultat : leur durée vie s’est réduite de 50 % en seulement 50 ans.

Le problème, c’est bien que le déclin des abeilles ne touche pas seulement celles présentes en laboratoire. Elles sont des espèces menacées. Et en modélisant la durée de vie des abeilles, les auteurs ont constaté que les résultats correspondent aux pertes croissantes de colonies — et à la réduction de la production de miel — observées chez les apiculteurs.

Dans les colonies en laboratoire, la réduction de 50 % de l’espérance de vie des abeilles aboutit effectivement à un taux de perte de 33 % dans une population (c’est-à-dire au taux de non-remplacements d’individus décédés dans une colonie). Un chiffre analogue à celui rapporté par les apiculteurs — entre 30 et 40 % — depuis quelques années.

Un facteur génétique s’ajouterait aux pesticides et maladies

Le nombre de facteurs de stress pesant sur les abeilles est élevé — et une grande partie d’entre eux proviennent des activités humaines. Une autre étude, publiée début novembre quant à elle, montre comment certains produits fertilisants —

[Lire la suite]