La bourse ferme dans 7 h 8 min
  • CAC 40

    6 940,01
    -41,95 (-0,60 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,82
    -37,78 (-0,91 %)
     
  • Dow Jones

    34 168,09
    -129,61 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,1203
    -0,0042 (-0,37 %)
     
  • Gold future

    1 813,90
    -15,80 (-0,86 %)
     
  • BTC-EUR

    32 542,51
    -1 380,73 (-4,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    830,60
    -25,21 (-2,95 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,01
    -0,34 (-0,39 %)
     
  • DAX

    15 316,21
    -143,18 (-0,93 %)
     
  • FTSE 100

    7 474,36
    +4,58 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    13 542,12
    +2,82 (+0,02 %)
     
  • S&P 500

    4 349,93
    -6,52 (-0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    26 170,30
    -841,03 (-3,11 %)
     
  • HANG SENG

    23 807,00
    -482,90 (-1,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,3421
    -0,0041 (-0,31 %)
     

Justice. Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell, un procès pour “rendre des comptes”

·1 min de lecture

L’ancienne compagne et rabatteuse présumée de Jeffrey Epstein est jugée à New York depuis lundi 29 novembre pour avoir participé au vaste trafic sexuel dont était accusé le financier. “Le monde entier a les yeux rivés sur la salle d’audience”, observe le Miami Herald.

Pour Ghislaine Maxwell, l’heure de “rendre des comptes” est arrivée, écrit le Miami Herald en gros caractères à la une de son édition du 1er décembre.

Le procès de l’ex-compagne et rabatteuse présumée de Jeffrey Epstein – accusé de nombreux crimes sexuels et qui s’était suicidé en prison il y a deux ans – a en effet commencé lundi 29 novembre, à New York. Âgée de 59 ans et détenue aux États-Unis depuis l’été 2020, Ghislaine Maxwell est jugée pour avoir participé au vaste trafic sexuel dont était accusé l’homme d’affaires. Elle encourt la prison à vie.

À lire aussi: Pédocriminalité. Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell arrêtée, et c’est tout un réseau d’amis fortunés qui tremble

Le monde entier a donc “les yeux rivés sur [la] salle d’audience de Manhattan”, affirme le quotidien floridien, qui dresse notamment le portrait de la juge Alison Nathan, chargée de présider les débats. Depuis qu’elle a été affectée à cette affaire, la juge Nathan a refusé la libération sous caution de Maxwell à quatre reprises. Et elle a autorisé les procureurs “à utiliser le mot ‘victime’” lorsqu’ils parlent des accusateurs de l’ex-compagne d’Epstein, tout en leur permettant “de témoigner anonymement en utilisant des pseudonymes

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles