Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 123,97
    +578,25 (+0,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 347,48
    -12,84 (-0,94 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,59
    -0,70 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2645
    -0,0015 (-0,12 %)
     

Jeux vidéo : 3,2 millions d’euros supplémentaires pour la start-up Cross The Ages

CTA / Capital

Remarquée en 2023 avec le succès de son jeu de cartes NFT, la société marseillaise Cross The Ages accélère son développement avec un apport de 3,5 millions de dollars (3,23 millions d’euros) supplémentaires de sa levée de fonds réalisée en 2022, qui s’élève ainsi au total à 15 millions de dollars (13,9 millions d’euros). Un montant auquel il faut ajouter une levée de fonds via la vente de tokens (ICO) de 8 millions de dollars (7,38 millions d’euros) auprès d’investisseurs privés et publics la même année. Dans le dernier tour de table qui vient d'être annoncé, on retrouve le conglomérat hongkongais Animoca Brands, l’investisseur Sébastien Borget (également cofondateur et directeur de The Sandbox, propriété d’Animoca Brands) et Nicolas Jeuffrain, le cofondateur du producteur d’énergies renouvelables Ténergie.

Pour justifier ce nouveau financement, le PDG de Cross The Ages, Sami Chlagou, insiste sur les coûts conséquents exigés par les bourses d’échanges crypto pour la cotation du token du jeu : depuis le 16 mai, il est notamment enregistré sur les plateformes HTX, Bybit, Kucoin, Poloniex et Mexc. «C’est un processus extrêmement onéreux car elles demandent beaucoup d’argent pour ces inscriptions, explique-t-il à Capital. Et nous ne voulions pas utiliser notre trésorerie dans ce cadre.» Sami Chlagou confie également que son associé Richard Estève et lui-meme, désiraient réaliser une dilution progressive, «en escalier», de leur capital, avant «un nouveau tour de table plus important». (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Blockchain et finance, un virage à ne pas rater pour l’Etat français et l’Europe
Avec la blockchain et le métaverse, Partouche voit plus loin que les casinos
La consolidation s’accentue cette semaine sur le marché crypto
«Crowdequity» : comment les start-up du Web3 se financent sans l’aide des fonds d’investissement
Nicolas Pouard (Ubisoft) : «Nous avons la volonté d’implanter nos marques dans le Web3»