Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    41 156,70
    +202,22 (+0,49 %)
     
  • Nasdaq

    18 025,29
    -484,05 (-2,62 %)
     
  • Nikkei 225

    41 097,69
    -177,39 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    1,0940
    +0,0037 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    17 739,41
    +11,43 (+0,06 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 136,80
    -214,51 (-0,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 340,31
    -2,02 (-0,15 %)
     
  • S&P 500

    5 590,51
    -76,69 (-1,35 %)
     

Mauvaise nouvelle pour les auto-entrepreneurs le 1er juillet

Mauvaise nouvelle pour les auto-entrepreneurs le 1er juillet

Près de 3 millions de Français exercent en tant qu'auto-entrepreneurs, et des modifications importantes sont prévues pour leur régime de retraite. Le décret 2024-484 du 30 mai 2024 modifie les taux de cotisations des travailleurs indépendants exerçant en microentreprise, principalement les auto-entrepreneurs libéraux, avec pour conséquence d'entrainer une baisse de leurs revenus réels à partir du 1ᵉʳ juillet 2024, rapporte Actu.fr le 18 juin. Auparavant, malgré les cotisations payées, ces auto-entrepreneurs ne pouvaient pas bénéficier d'une retraite complémentaire.

Ces professionnels pourront bientôt cotiser pour leur retraite, mais ce changement s'accompagne aussi d'une augmentation des cotisations et donc d'une diminution de leurs revenus réels. Cette hausse, étalée sur deux ans, est jugée inacceptable par les représentants des auto-entrepreneurs, notamment en raison de l'incertitude entourant les droits associés à cette augmentation.

Le décret prévoit des augmentations différenciées selon que l'auto-entrepreneur libéral relève de la Cipav ou du régime général. Cela affectera principalement les microentrepreneurs exerçant une activité libérale relevant du régime général, avec des augmentations graduées. Le taux de cotisations qui est actuellement de 22% de leur chiffre d’affaires annuel. passera à 26,1 % en janvier 2026. Les auto-entrepreneurs en régime Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC) ne sont pas concernés.

Bien que ces mesures visent à permettre aux auto-entrepreneurs (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

4300 euros par mois pour un «français moyen» : la sortie d’un député macroniste fait réagir
Retour de l'ISF : le Nouveau Front populaire veut doubler ses recettes à 15 milliards d’euros
Impôt sur le revenu : avec le Nouveau Front populaire, vos placements seront plus taxés
Plus de 2 milliards d’euros : les dépenses sociales des départements ont explosé en 2023
Succession : le Nouveau Front populaire va-t-il vous taxer dès le 1er euro comme le dit Attal ?