La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 817,96
    -161,08 (-1,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Les Jeux Olympiques de Paris en 2024 se feront sans reconnaissance faciale

reconnaissance faciale
reconnaissance faciale

L’introduction de la reconnaissance faciale dans l’espace public à des fins de sécurité n’est pas prévue pour les JO de Paris en 2024. Il faudrait un texte spécifique, qui n’existe pas aujourd’hui. Le gouvernement écarte cette perspective.

De la reconnaissance faciale aux Jeux Olympiques de 2024 à Paris, à des fins de sécurité publique ? Ce n’est pas dans cette direction que le gouvernement ira. À en croire les informations du Parisien le 23 novembre 2022, l’exécutif entend écarter le recours à cette technique biométrique pour surveiller les allées et venues du public, au profit d’autres solutions.

D’après nos confrères, qui ont obtenu confirmation du ministère des Sports, le projet de loi qui doit cadrer l’organisation des JO dans la capitale va exclure « totalement et explicitement le recours à la reconnaissance faciale ». Il n’est pas non plus question de se servir de la moindre donnée biométrique, ce qui exclut les alternatives, comme la prise des empreintes digitales.

Du traitement anonymisé sur les images des caméras

À la place, il est prévu de mobiliser les caméras de vidéosurveillance pour suivre ce qu’il se passe dans l’espace public, en y ajoutant une capacité automatique d’analyse. Il est question d’algorithmes qui ne reconnaîtraient pas les visages, mais pourraient déceler des mouvements de foule dans les transports, ou d’autres comportements atypiques.

Ces perspectives ont été tracées par Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympique,

[Lire la suite]