Marchés français ouverture 8 h 28 min
  • Dow Jones

    29 260,81
    -329,60 (-1,11 %)
     
  • Nasdaq

    10 802,92
    -65,00 (-0,60 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9602
    -0,0087 (-0,89 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    19 947,43
    +148,17 (+0,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    438,96
    +5,86 (+1,35 %)
     
  • S&P 500

    3 655,04
    -38,19 (-1,03 %)
     

Japon : les funérailles de Shinzo Abe coûteront 12 millions d'euros

Getty Images

Les funérailles nationales controversées de l'ancien Premier ministre japonais, Shinzo Abe, assassiné en juillet, coûteront 12 millions d'euros. Une somme colossale qui ravive la polémique sur le bien-fondé de cet hommage.

Le Japon va débourser environ 1,7 milliard de yens (12,1 millions d'euros) pour les funérailles nationales de son ancien Premier ministre Shinzo Abe assassiné en juillet, une addition salée qui risque d'alimenter la polémique locale sur le bien-fondé de cet hommage. Le gouvernement nippon avait déjà annoncé un coût de près de 250 millions de yens pour la cérémonie elle-même et prévenu que la facture finale serait plus importante à cause des coûts de sécurité et d'accueil de nombreux dignitaires étrangers.

Des représentants de plus de 190 pays et territoires devraient assister à l'événement, dont environ 50 chefs d'État et autres hôtes étrangers de marque, a expliqué ce mardi le porte-parole du gouvernement nippon Hirokazu Matsuno. Les coûts de sécurité ont été ainsi estimés à 800 millions de yens et ceux de réception des dignitaires étrangers à 600 millions de yens, a-t-il précisé. Très rapidement après l'assassinat de Shinzo Abe le 8 juillet lors d'un meeting électoral à Nara (ouest du Japon), le Premier ministre Fumio Kishida avait annoncé vouloir lui organiser des funérailles nationales, dont la date a été fixée au 27 septembre à Tokyo.

56 % des Japonais contre ces funérailles nationales

Cependant, un hommage de ce rang pour un ancien Premier ministre est rarissime au Japon depuis l'après-guerre, le précédent remontant à 1967. Par ailleurs, si Shinzo Abe a marqué les esprits par sa longévité record au pouvoir (2006-2007 puis 2012-2020) et par son intense activité internationale, le bilan de sa politique intérieure est très controversé (...)

Cliquez ici pour voir la suite

VIDÉO - Assassinat de Shinzo Abe : les motivations du suspect

Le rendement de votre PEL menacé, le gouvernement prêt à limiter la hausse de la taxe foncière… Le flash éco du jour
Strasbourg : les habitants d’un quartier en colère, leur facture d’énergie bondit de 152 %
Covid-19 : voici pourquoi la HAS ne se prononcera pas avant mi-septembre sur les vaccins contre Omicron
Cabinets de conseil : l'Elysée tarde à faire preuve de transparence
La Poste : 2.500 habitants privés de courrier à cause de l'insécurité