La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0804
    -0,0107 (-0,98 %)
     
  • Gold future

    1 877,90
    -52,90 (-2,74 %)
     
  • BTC-EUR

    21 641,85
    -571,80 (-2,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,57
    -1,29 (-0,24 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,27
    -2,61 (-3,44 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2053
    -0,0176 (-1,44 %)
     

Les influenceurs, bientôt obligés de rentrer dans le rang ? Les députés passent à l’attaque

Plusieurs parlementaires ont déposé des propositions de loi similaires pour réguler plus franchement le secteur de l’influence sur le net. Cela, alors qu’une consultation est en cours sur l’encadrement de ces activités.

La chasse aux abus parmi les influenceurs, nouveau cheval de bataille des parlementaires français ? Force est de constater, en tout cas, que c’est un sujet de préoccupation chez plusieurs députés. La preuve : depuis quelques semaines, les textes de loi pour réguler le secteur ont fleuri à l’Assemblée nationale. Au moins quatre textes sont recensés.

Le premier à avoir dégainé est Aurélien Taché, mi-novembre, avec une proposition de loi visant à encadrer les pratiques commerciales et publicitaires liées au marché de l’influence sur Internet. Membre d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), il a été rejoint par ses collègues — qui ont d’ailleurs déposé un autre texte, cette fois sur le volet de la prévention et de la répression.

Le texte, déposé en décembre par Nadège Abomangoli, du groupe La France Insoumise, a reçu le concours d’autres élus, dont Aurélien Taché. Ici, il s’agit de « renforcer la prévention contre les pratiques commerciales illicites liées au marché de l’influence sur internet et à renforcer la lutte contre ces pratiques ». Un troisième texte, issu du Parti socialiste, a aussi été déposé en décembre.

Et cela ne s’arrête pas là. Le Journal du Dimanche rapporte dans son édition du 12 janvier que le sujet a dépassé la gauche parlementaire.

[Lire la suite]