La bourse ferme dans 1 h 17 min

Ils ont fait fortune plus vite que leur ombre



Le chemin qui mène un self made man à la fortune peut être long et semé d'embûches. Mais la fortune sait aussi sourire très vite à quelques entrepreneurs audacieux, les faisant passer de l'ombre au statut de milliardaire en quelques années à peine. Une tendance qui semble s'accélérer dans le petit monde du web !


C'est le réseau social le plus en vogue du moment ! Pinterest tire son nom de la contraction des mots "pinboard" (tableau d'affichage) et "interest". Pour faire simple, c'est la version web du panneau de liège où vous fixez avec des punaises la photo de vos enfants ou les cartes postales exotiques envoyées par vos amis à côté de la liste des courses. Véritablement lancé en mai 2011, le site s'est offert le luxe de toucher, rien qu'aux Etats-Unis, 11,7 millions de visiteurs au mois de janvier. Ce succès foudroyant offre une nouvelle confirmation du fait qu'avec Internet, tout va plus vite.

Tout, y compris... les fortunes ! Nombre des milliardaires américains apparaissant dans le classement des plus riches effectué annuellement par le magazine Forbes ont bâti leur patrimoine grâce à leur succès dans le secteur high tech, mais force est de constater que les jeunes loup du web montent en graine bien plus rapidement que leurs aînés. Encore fermement accroché à la deuxième place du classement après longtemps occupé la première, Bill Gates, co-fondateur de Microsoft en 1975, avait ensuite mis 12 ans pour devenir milliardaire en dollars. Ce n'est pas exactement ce qu'on appelle lambiner en chemin, surtout que le fondateur d'Apple, Steve Jobs, a mis 19 ans pour arriver au même résultat. Mais c'est digne de la tortue face au lièvre quand on compare ce parcours aux trajectoires météoritiques des stars du Net.

Les co-fondateurs de Yahoo !, David Filo et Jerry Yang, ou l'emblématique Jeff Bezos, l'inventeur du magasin en ligne Amazon, ont passé le cap du milliard en 4 ans seulement. Le franco-irano-américain Pierre Omidyar a fait mieux encore, lui qui a fondé en 1995 le site d'enchères Auction Web. Cela ne vous dit rien ? Pourtant vous connaissez cette société, promptement rebaptisée... eBay ! Trois ans après sa création et quelques semaines après l'introduction au Nasdaq en pleine bulle Internet, ce fut le jackpot à 9 zéros pour le fondateur, qui pèse aujourd'hui quelque 6,7 milliards de dollars !

Et encore ne parle-t-on là que de la première génération internet
. Car avec le web 2.0, les choses semblent encore accélérer. Eric Lefkofsky, cofondateur en novembre 2008 du site d'achats groupés Groupon, une des stars récentes du secteur, n'a ainsi du attendre que deux ans et demi pour accéder au statut envié de milliardaire en dollars. Il aurait même pu accélérer les choses en cédant à la pression des prédateurs potentiels qui le sollicitaient avec empressement dès 2010, mais a préféré conserver le contrôle, pour finalement introduire sa société en Bourse en novembre 2011. Il détient aujourd'hui 20% de la société, qui vaut plus de 12 milliards de dollars en Bourse. Il faut dire que, si elle n'est pas encore rentable, le développement de son activité a été foudroyant : le chiffre d'affaires de Groupon est ainsi passé de 14,5 millions de dollars en 2009 à 313 millions en 2010 et... 1,62 milliard en 2011 !

Mais pour faire fortune à la vitesse de la lumière, rien ne vaut les périodes de bulles financières. L'inventeur et "serial entrepreneur" Jay Walker est ainsi devenu milliardaire en 1999 en introduisant en Bourse le site de "bons plans" touristiques Priceline, fondé un an auparavant. Mais dans des périodes pareilles, le tout n'est pas de faire fortune, mais de la conserver. Gary Winnick en sait quelque chose. Après avoir fondé l'opérateur télécoms Global Crossing en 1997, il a mis moins de 2 ans à devenir milliardaire, ce qui n'a pas empêché la société de faire faillite de manière retentissante en 2002, 30 milliards de dollars d'actifs s'envolant ainsi en fumée.

Emmanuel Schafroth

Lire aussi
Que fait votre patron de ses journées ?
La fin du monde, un business lucratif
Quand les people jouent les business angels
Conversations intimes avec Mark Zuckerberg
Millionnaire à 21 ans, ruiné à 22 ans