La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 309,51
    +535,10 (+1,63 %)
     
  • Nasdaq

    12 854,80
    +360,88 (+2,89 %)
     
  • Nikkei 225

    27 819,33
    -180,63 (-0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,0303
    +0,0085 (+0,83 %)
     
  • HANG SENG

    19 610,84
    -392,60 (-1,96 %)
     
  • BTC-EUR

    23 009,00
    +404,88 (+1,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    558,58
    +27,36 (+5,15 %)
     
  • S&P 500

    4 210,24
    +87,77 (+2,13 %)
     

Hépatite aiguë des enfants : les causes pourraient ne jamais être connues

Hépatite aiguë des enfants : les causes pourraient ne jamais être connues (lepoint.fr)

Un temps soupçonnée, l’infection par le Sars-CoV-2 ne semble pas liée à cette nouvelle hépatite. Dans le même temps, le nombre de nouveaux cas diminue.

Le mystère plane toujours. Depuis le printemps dernier, un excès de cas d'hépatites aiguës sévères et non expliquées a été signalé. Dans les colonnes du Parisien, le virologue Bruno Lina, médecin aux Hospices civils de Lyon (Rhône), explique que la communauté scientifique ne parvient toujours pas à « y voir clair ». Au moins « huit cas possibles ont été signalés et quatre sont en cours d'investigation par les équipes médicales », explique Santé publique France dans un communiqué, publié le 30 juin. Et 920 cas probables ont été rapportés dans 33 pays.

Si le nombre de cas n'explose pas, les médecins sont inquiets. Malgré les recherches, ils ne sont pas parvenus à trouver la moindre explication à cette maladie. « Aujourd'hui, il faut le dire, personne n'y voit clair. Au début, on a pensé que le Covid pouvait en être la cause. En fait, non, le Sars-CoV-2 seul n'est pas le responsable », explique le virologue à nos confrères. Sur un peu plus de 300 cas diagnostiqués en Europe, seuls 10 % avaient été infectés par le coronavirus.

Deuxième hypothèse qui « était » sur la table : un adénovirus. En particulier les adénovirus de types 40 et 41. Ces derniers peuvent entraîner des gastro-entérites violentes, notamment chez les enfants. « Ce virus donne, dans l'immense majorité des cas, des angines », ajoute le spécialiste lyonnais. Or, ces adénovirus ont été retrouvés dans les selles de 52,4 % des enfants atteints de cette étrange hépatite. Selon Bruno Lina, ce type de vi [...] Lire la suite

VIDÉO - Pour le Pr Bruno Lina, il convient de continuer à porter le masque "dans certaines situations"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles