Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    38 900,02
    +253,91 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,0864
    +0,0014 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    18 827,35
    +218,41 (+1,17 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 849,71
    +1 410,42 (+2,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 513,92
    +29,72 (+2,00 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     

Grève des contrôleurs aériens : ces points sur lesquels le gouvernement a cédé

Rita/Pixabay

Près de 75% des vols annulés à Orly, 55% à Roissy. Le 25 avril dernier, tous les aéroports français ont été touchés par un mouvement de grève des contrôleurs aériens. La profession avait promis une journée noire, qui a été évitée, mais les perturbations étaient tout de même importantes malgré l’accord de dernière minute scellé avec le principal syndicat, le Syndicat national des contrôleurs du trafic aérien (SNCTA). La direction générale de l'Aviation civile (DGAC) avait ainsi demandé aux compagnies de réduire leurs vols. Malgré cela, les aiguilleurs ont eu gain de cause. Mais qu’ont-ils obtenu ?

Presque toutes les revendications du SNCTA lui ont été accordées, à en croire Le Parisien, pour éviter que le mouvement ne s’étende et surtout qu’il touche les ponts du mois de mai. Ainsi, dans le cadre du nouveau «protocole social» (période 2023-2027), des «gains de productivité importants et des mesures contraignantes pour les agents» sont prévus, indique à nos confrères le ministère des Transports, qui ajoute qu’il était donc «légitime qu’il y ait des contreparties». Cette réforme du contrôle aérien prévoit en effet plusieurs mesures, à commencer par l’installation de pointeuses pour mettre fin aux «clairances». Cette pratique permet aux contrôleurs aériens de ne pas travailler quand l’activité aérienne est faible.

La réforme prévoit aussi la fermeture de la moitié des tours de contrôle. Pour mener à bien les négociations, le SNCTA n’a contesté aucun élément, glisse au Parisien une (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le Festival de Cannes en eaux troubles à une semaine des montées des marches
Les Lycées bloqués en soutien à Gaza mettent-ils en péril la tenue des épreuves du bac ?
Ces faux policiers ont volé 300 000 euros d’or à un horloger
LGV Bordeaux-Espagne : des actions menées dans plus 700 communes pour protester contre le projet
Transition énergique : comment le gouvernement compte atteindre la neutralité carbone d'ici 2050