La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 232,51
    -666,64 (-3,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Go Sport :"tout a été effectué dans le cadre de la loi", se défend Michel Oyahon

Mickael Denet / Wikimedia Commons

"Les transferts financiers entre une société mère et ses filles sont légaux, tout a été effectué dans le cadre de la loi", a assuré Michel Ohayon, l'homme d'affaires bordelais à la tête de Go Sport, dans une interview publiée sur le site du magazine Challenges ce mercredi 25 janvier. Le parquet de Grenoble a confirmé mi-janvier avoir ouvert dès novembre une enquête pour "abus de bien social" concernant la société Go Sport, "les commissaires aux comptes (ayant) transmis plusieurs révélations de faits délictueux", avait indiqué le parquet, sans plus de précision.

Les syndicats et le comité social et économique central (CSEC) de Go Sport se sont alarmés ces derniers mois de remontées d'argent significatives vers la maison mère HPB (Hermione, People & Brands), l'entité qui rassemble les activités de distribution rachetées par Michel Ohayon. Une première, de près de 18 millions d'euros, aurait servi à payer les salaires de l'entreprise de prêt-à-porter Camaïeu - qui appartenait également à HPB - juste avant sa liquidation début décembre. Une seconde, de 36 millions d'euros de trésorerie, correspond selon HPB au rachat par Go Sport d'une autre entité appartenant à HPB, Gap France. "Nous avions prévu de regrouper les deux enseignes", a assuré Michel Ohayon à Challenges.

Il affirme encore que "Gap n'a pas été rachetée mais créée de toutes pièces lorsque le groupe américain nous a accordé la master franchise pour la France et plusieurs pays d'Europe. Pour la fusionner avec Go Sport, après (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Tesla rassure, sa descente aux enfers derrière nous ? Le conseil Bourse
Cybertruck : Tesla va lancer la production de son pick-up "cet été"
Panne à la gare de l’Est : voici la procédure de remboursement pour les usagers
French Tech : comment nos start-up font face à la fin de l'abondance
La référence du vitrage pour véhicules lourds