La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 493,18
    +951,52 (+2,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity

Robin Verner avec AFP
·1 min de lecture

Le ministre de l'Intérieur a annoncé la dissolution de l'association Barakacity ce mercredi à l'issue du Conseil des ministres.

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, a annoncé la dissolution de l'association BarakaCity ce mercredi à l'issue du Conseil des ministres, association qui selon lui "incitait à la haine", "entretenait des relations au sein de la mouvance islamiste radicale" et "se complaisait à justifier des actes terroristes".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Après l'assassinat de Samuel Paty, Gérald Darmanin avait dit vouloir mettre fin aux activités de BarakaCity et du CCIF, dont il a pointé les liens avec les Frères musulmans et l'islamisme.

Peu après, lors de sa conférence de presse, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a confirmé la nouvelle.

"Le Conseil des ministres a prononcé la dissolution de l’association BarakaCity", a-t-il lancé aux journalistes, déclarant: "Cette association et son président-fondateur, derrière un paravent humanitaire, diffusaient antisémitisme, menaces de mort et apologie de crimes contre l’humanité." "Nous poursuivons cette lutte contre les ennemis de la démocratie", a ajouté Gabriel Attal.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :