La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,36 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    29 406,89
    -1 367,83 (-4,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,05 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,09 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,83 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Fugitif des Cévennes : le maire des Plantiers annonce avoir "exfiltré 4 familles, potentiellement ciblées"

·2 min de lecture

Interrogé par BFMTV, le maire de la commune des Plantiers, dans le Gard, a affirmé avoir exfiltré quatre familles "potentiellement ciblées" par l'auteur du double meurtre perpétré mardi.

Bernard Mounier a jugé nécessaire de les placer sous protection. Dans le Gard, où échappe toujours aux gendarmes l'auteur présumé du double meurtre des Cévennes, Valentin Marcone, le maire de la commune des Plantiers a annoncé ce jeudi avoir "exfiltré quatre familles" de leur lieu de résidence. Il a expliqué qu'elles étaient "potentiellement ciblées", même s'il n'y a pas "obligatoirement des différends" entre elles et le fugitif. 

"Je m'y étais pas intéressé jusqu'à ce soir, je découvre aussi en même temps que vous", a-t-il reconnu. Le seul différend impliquant Valentin Marcone dont il avait connaissance, c'est avec son prédécesseur à la mairie. "Ils s'étaient connus parce qu'ils étaient allés en justice. Les autres, ce sont des différends de voisinage", croit savoir Bernard Mounier.

"Pourquoi"

"Là on voit des gens qui s'assoient sur les trottoirs, qui se prennent par la main, qui se carressent, qui s'embrassent, qui s'étreignent", a-t-il décrit. 

"Le sujet essentiel aujourd'hui, c'est 'pourquoi', (...) c'est une question, elle est légitime, elle est normale. (...) Le temps des réponses à ces 'pourquoi' viendra. Quand, je ne sais pas", a poursuivi Bernard Mounier.

Et l'édile de raconter qu'il croisé Valentin Marcone "5 minutes avant qu'il commette son méfait", alors qu'il était au volant de sa voiture. "J'allais à la mairie, donc il conduisait, il a levé la main. (...) Et 5 minutes après on m'a appelé en me disant, 'il vient de les tuer'", a-t-il rapporté.

Ce jeudi matin, un appel à témoins a été diffusé par les gendarmes pour tenter de retrouver le fugitif, qui a abattu son patron et un de ses collègues dans la scierie du village des Plantiers (Gard) où il était employé, mardi. Ce jeudi après-midi, un message audio de son père l'appelant à se rendre aux forces de l'ordre a été diffusé. 

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :