La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 249,48
    -132,65 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    13 286,09
    -143,89 (-1,07 %)
     
  • Nikkei 225

    27 824,83
    -259,67 (-0,92 %)
     
  • EUR/USD

    1,2161
    +0,0015 (+0,12 %)
     
  • HANG SENG

    28 194,09
    +166,52 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    34 873,73
    -3 687,18 (-9,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 165,89
    -32,02 (-2,67 %)
     
  • S&P 500

    4 147,49
    -26,36 (-0,63 %)
     

Football: Des joueurs dénoncent le projet de Super Ligue européenne

·3 min de lecture
FOOTBALL: DES JOUEURS DÉNONCENT LE PROJET DE SUPER LIGUE EUROPÉENNE

MADRID (Reuters) - Plusieurs joueurs en activité ou anciennes gloires du football ont vivement dénoncé lundi le projet annoncé la veille par 12 grands clubs européens de création d'une nouvelle compétition en partie fermée, le Parisien Ander Herrera se montrant le plus véhément.

Cette "Super Ligue", à laquelle le Paris Saint-Germain (PSG) et le Bayern Munich ne se sont pour l'heure pas associés, viendrait concurrencer la traditionnelle Ligue des champions.

Plusieurs joueurs ont exprimé lundi leur opposition à ce projet, le milieu de terrain du PSG estimant que cette compétition mettrait un terme aux rêves des supporters dans le monde entier.

"Je suis tombé amoureux du football populaire, du football des supporters, avec le rêve de voir l'équipe de mon coeur rivaliser avec les plus grands", a écrit Ander Herrera sur Twitter.

"Si cette Super Ligue européenne voit le jour, ces rêves seront terminés, les illusions des supporters des équipes, qui ne sont pas des géants, de pouvoir gagner sur le terrain en participant aux meilleures compétitions prendraient fin", a ajouté l'Espagnol.

"J'adore le football et je ne peux pas rester silencieux à ce sujet. Je crois en une Ligue des champions améliorée, mais pas au fait que des riches volent ce que les gens ont créé, qui n'est rien d'autre que le plus beau sport de la planète."

Luis Figo, ancien joueur du Real Madrid, du FC Barcelone et de l'Inter Milan, trois clubs figurant parmi les membres fondateurs de cette Super Ligue, s'est montré tout aussi critique.

"Cette soi-disant 'Super Ligue' est tout sauf 'super'", a déclaré l'ancien milieu portugais.

"Cette décision cupide et cruelle serait un désastre pour notre base, pour le football féminin et la communauté du football dans son ensemble au seul service des propriétaires intéressés - qui ont cessé de se soucier de leurs fans depuis longtemps - et un mépris total pour le mérite sportif. Tragique", a-t-il écrit sur Twitter.

ASPECT FINANCIER

Le défenseur croate Dejan Lovren, ancien joueur de Liverpool et actuellement au Zenit Saint-Pétersbourg, et l'international allemand Mesut Ozil, ancien milieu de terrain d'Arsenal, ont également rejeté ce projet.

"Le football sera dans un proche avenir au bord de l'effondrement total. Personne ne pense à la situation dans son ensemble, seulement à l'aspect financier", écrit Dejan Lovren, ajoutant être persuadé qu'une solution peut être trouvé à cette "situation déplaisante".

Les clubs fondateurs de la Super Ligue proposent que la nouvelle compétition soit disputée chaque saison, d'août à mai, par 20 équipes: les 12 clubs fondateurs, trois clubs permanents supplémentaires et cinq équipes qualifiées annuellement "sur la base de leurs réalisations lors des saisons précédentes".

Le communiqué précise aussi qu'une "Super Ligue" féminine serait lancée une fois que la compétition masculine serait installée.

Ada Hegerberg, quintuple vainqueur de la Ligue des champions féminine avec l'Olympique Lyonnais, a cependant elle aussi estimé que le projet de Super Ligue reposait sur de la cupidité.

"J'ai grandi en aimant la Ligue des champions, puis j'ai joué en Ligue des champions féminine", a-t-elle raconté.

"Ensuite, j'en ai gagné cinq et je suis devenue la meilleure buteuse de tous les temps. C'est un héritage. C'est le passé, le présent et l'avenir, tout comme la méritocratie dans le sport. La cupidité n'est pas l'avenir", a-t-elle déclaré.

(Joseph Walker; version française Claude Chendjou, édité par Bertrand Boucey)