Marchés français ouverture 2 h 52 min
  • Dow Jones

    29 683,74
    +548,75 (+1,88 %)
     
  • Nasdaq

    11 051,64
    +222,13 (+2,05 %)
     
  • Nikkei 225

    26 318,72
    +144,74 (+0,55 %)
     
  • EUR/USD

    0,9688
    -0,0051 (-0,52 %)
     
  • HANG SENG

    17 446,13
    +195,25 (+1,13 %)
     
  • BTC-EUR

    20 131,88
    +658,32 (+3,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    445,65
    +16,87 (+3,93 %)
     
  • S&P 500

    3 719,04
    +71,75 (+1,97 %)
     

La filiale de BNP Paribas Nickel se lance en Belgique et au Portugal

Loïs Larges

La néobanque française Nickel, filiale du groupe bancaire BNP Paribas, a annoncé mardi 13 septembre opérer dans deux nouveaux pays, la Belgique et le Portugal, après un déploiement en Espagne en début d'année dernière. "Nous avons trouvé dans ces deux pays-là des stratégies de distribution qui nous paraissaient particulièrement pertinentes", a expliqué à l'AFP Marie Degrand-Guillaud, directrice générale déléguée de Nickel. En Belgique, l'offre est disponible au sein du réseau des libraires-presse. Au Portugal, la société s'appuie sur la Chambre de commerce et d'industrie du pays.

Nickel propose un compte courant qui s'ouvre en cinq minutes, sans condition de revenus ou de patrimoine, et sans possibilité de découvert ni de crédit. La fintech vise d'ici cinq ans 300.000 ouvertures de comptes en Belgique et 450.000 au Portugal. Elle revendique pour le moment 2,7 millions de comptes ouverts et 8.000 points de vente en France et en Espagne. A titre de comparaison, la filiale de banque en ligne de Société Générale, Boursorama, a annoncé avoir franchi la barre des 4 millions de clients début juillet.

Pour Nickel, quatre autres pays devraient suivre d'ici fin 2024, dont l'Allemagne, seul annoncé pour le moment, au premier semestre 2023. Les produits bancaires commercialisés par Nickel sont distribués en France via le réseau des buralistes et en Espagne notamment dans des guichets de loteries. Bien que filiale de BNP Paribas, Nickel est un établissement de paiement et non pas de crédit, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le CAC 40 dans l'attente des chiffres de l'inflation aux États-Unis, la chute des prix du gaz en soutien
Stuart : la plateforme de livraison soupçonnée de recourir au travail au noir
Guerre en Ukraine : l'utilité des technologies dans un conflit démontrée, selon l'ex-PDG de Google
Boiron est attendu au tournant sur les fusions acquisitions : le conseil Bourse
La fusée Blue Origin s'écrase après son décollage, sans faire de blessés