La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 980,32
    -171,69 (-0,50 %)
     
  • Nasdaq

    12 938,12
    -164,43 (-1,25 %)
     
  • Nikkei 225

    29 222,77
    +353,86 (+1,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0181
    +0,0010 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    19 922,45
    +91,93 (+0,46 %)
     
  • BTC-EUR

    22 940,96
    -747,60 (-3,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    556,24
    -16,57 (-2,89 %)
     
  • S&P 500

    4 274,04
    -31,16 (-0,72 %)
     

De faux agents d'Europol détournent 2,5 millions d'euros

Ce type d'escroquerie prend de l'ampleur chez nos voisins allemands. L'Agence fédérale des réseaux, le régulateur outre-Rhin des télécommunications, a en effet déclaré avoir reçu un nombre record de plaintes dites du "stratagème d'Europol" au mois de juin dernier, soit 7.600, sur un total de 22.000 depuis fin février, rapporte The Guardian, mardi 12 juillet .

Le quotidien britannique précise que la police de Bavière, État du sud-est de l'Allemagne qui représente environ 15 % de la population totale du pays, a déclaré un montant des dommages au 21 juin de 2,5 millions d'euros. "Ceci est un appel d’Interpol. Nous vous informons que le numéro de votre carte d’identité a été utilisé de manière abusive. Pour plus d’informations, veuillez appuyer sur la touche 1.” C’est par ce message, en anglais et dicté par une voix robotique, que l'arnaque commence, rapporte la presse locale.

Les escrocs se font passer pour des enquêteurs d'Europol ou d'Interpol pour soutirer de grosses sommes aux personnes qui appuient effectivement sur la touche demandée. En cas de refus, celles-ci s’exposeraient à des "conséquences importantes" pouvant aller jusqu’à une peine de prison. Selon les enquêteurs, cette escroquerie a pour origine des centres d'appels en Inde ou au Pakistan. "Ce à quoi nous avons affaire ici, ce sont des criminels qui recherchent la quantité plutôt que la qualité", a déclaré Colin B. Nierenz, chef de police adjoint au département de police criminelle de Rhénanie du Nord-Westphalie, à (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Face à l'endettement élevé des Etats, "les critères de Maastricht doivent être repensés"
Vaccins Covid : le risque de troubles cardiaques reste rare
Le gouvernement décide de ne pas réintégrer les soignants non-vaccinés
Elle attend le passeport de son fils depuis six mois et décide d’attaquer l'Etat
Il se fait passer pour son propriétaire, et détourne près de 100.000 euros

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles