La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 445,28
    -381,42 (-1,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Faut-il vraiment réformer les retraites ?

Emmanuel Macron veut relever l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans.  - Credit:LUDOVIC MARIN / AFP
Emmanuel Macron veut relever l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans. - Credit:LUDOVIC MARIN / AFP

C'est le dossier brûlant du moment. Le gouvernement s'apprête, la semaine prochaine, à dévoiler ses arbitrages concernant la réforme des retraites. Selon les informations du Point, Emmanuel Macron a tranché lors d'un dîner à l'Élysée le 8 décembre : l'âge légal de départ va être relevé à 65 ans.

La Première ministre, Élisabeth Borne, avait précisé quelques jours plus tôt que la première génération concernée serait celle née au deuxième semestre 1961, conformément à la volonté du chef de l'État de faire appliquer sa réforme mi-2023 (2023-62 ans = 1961). Jusqu'à présent, le gouvernement avait laissé la porte ouverte à une alternative : l'âge légal aurait pu augmenter progressivement jusqu'à 64 ans avec, en parallèle, l'accélération de l'augmentation de la durée de cotisation requise pour une retraite sans décote de 42 à 43 ans prévue par la loi Touraine votée sous François Hollande en 2014. « La Première ministre a dit à l'occasion d'autres échéances, au mois de juin et au mois de juillet, que nous n'avions pas de tabou, que nous étions prêts à regarder d'autres scénarios, y compris un scénario avec un âge de 64 ans et une accélération de la mise en œuvre des dernières réformes, avait expliqué le ministre du Travail en charge du dossier, Olivier Dussopt, il y a quelques jours. Ça fait partie des choses sur lesquelles nous concertons les partenaires sociaux. »

Peut-être l'attitude des syndicats, qui ont déjà annoncé qu'ils s'opposeraient tous à un tel projet, e [...] Lire la suite